RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un journaliste torturé par des agents du gouvernement comparaîtra devant le tribunal de la CEDEAO

(MFWA/IFEX) - Le 26 avril 2010 - Musa Saidykhan, ancien rédacteur en chef du journal privé "The Independent" de Banjul - interdit à l'heure actuelle - comparaîtra le 27 avril 2010 devant la Cour de justice de la CEDEAO à Abuja, Nigéria.

Le 28 mars 2006, Musa Saidykhan fut arrêté et détenu par la Cellule d'Intervention et la Police Judiciaire de la Police gambienne pour avoir publié les noms des présumés conspirateurs d'un coup d'état, publication qui a impliqué l'ancien ministre de l'Intérieur de la Gambie, Samba Bah, dans le complot. Pendant sa détention il était torturé à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il perdît conscience. La torture qu'il a endurée lui a laissé des cicatrices sur le dos, les jambes, les bras et sur sa main droite, qui a été brisée en trois endroits. Il s'est enfui au Sénégal où il à été soigné.

Saidykhan fait partie de plusieurs victimes qui ont été détenues contrairement à la loi et ont subi toutes formes de méchanceté aux mains des agents de la Sûreté nationale gambienne suite à la présumée tentative de coup d'état au mois de mars 2006.

Dans un souci de justice pour lui et le grand nombre de journalistes gambiens qui ont subi des épreuves semblables et ont dû s'enfuir en exil par crainte de répression, la Media Foundation for West Africa a porté plainte contre le gouvernement de la Gambie au nom de Musa Saidykhan devant le tribunal communautaire de la CEDEAO en 2007. Cette plainte réclamait une déclaration à l'effet que l'arrestation, la détention et la torture qu'il avait souffertes aux mains des agents de la sécurité du pays étaient illégales, inconstitutionnelles et enfreignaient les dispositions de la Charte Africaine sur les droits humains et du peuple ; en plus de cela MFWA a revendiqué une somme de 2 000 000 $US en guise de dédommagement pour la violation du droit de la victime à la dignité, à sa liberté personnelle et à un jugement équitable.

C'est la deuxième fois que la Media Foundation for West Africa a porté plainte contre le gouvernement de la Gambie. En ce qui concerne l'affaire du Chief Ebrimah Manneh contre le Gouvernement de la Gambie (procès no. ECW/CCJ/APP/04/070), le gouvernement a refusé de respecter la décision du Tribunal de la CEDEAO l'ordonnant de libérer Chief Ebrima Manneh, autre journaliste gambien qui fut détenu par la National Intelligence Agency (NIA) en 2006. A plusieurs reprises, le tribunal a assigné le gouvernement en justice mais celui-ci a obstinément refusé de comparaître, ce qui a obligé le tribunal à prononcer sa décision par défaut. Jusqu'à ce jour personne ne sait où se trouve le journaliste.

Depuis ces trois dernières années, la MFWA est au premier rang de ceux qui militent pour la libération de Manneh, tout en éveillant la conscience mondiale par l'émission régulière d'alertes et communiqués, par la tenue des forums publiques et à travers le réseautage avec d'autres organisations et sociétés civiles afin d'exercer de la pression sur le gouvernement de la Gambie pour le faire respecter la décision du Tribunal communautaire.

ADDITIONAL INFORMATION
De quoi discutent les autres membres de l'IFEX
Le cas en détail


Dernier Tweet :

Stay at home protests underway in towns in Amhara region in Ethiopia, in response to 6 month state of emergency imp… https://t.co/u3YTbj3S1k