RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le ministre de la Justice menace de poursuivre les journalistes et défenseurs des droits de l'homme en exil

(RSF/IFEX) - Le 7 janvier 2011, le ministre de la Justice de la Gambie, M. Edward Gomez, a proféré des menaces de poursuites judiciaires à l'égard des journalistes et des défenseurs des droits humains exilés s'ils rentrent au pays parce qu'ils auraient "brossé un tableau sombre" du pays.

Gomez, qui réagissait à une publication parue dans le "Daily News", un journal privé, au sujet d'une campagne internationale contre la violation systématique des droits humains dans le pays, a affirmé que "nous allons attendre ici pour qu'ils viennent (au pays)".

Le ministre a affirmé que les défenseurs étaient "des éléments méchants de la société" qui se sont réfugiés à l'étranger et "publiaient des articles absurdes dans les journaux et à la radio pour ternir l'image du gouvernement".

Les sources de la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA) ont attribué les menaces du ministre à une campagne organisée par un journaliste exilé, Alieu B. Ceesay, et l'Association écossaise des droits humains. Les sources ont rapporté qu'en décembre 2010, le moral de la campagne a été remonté suite à la signature d'une motion par 24 députés britanniques qui fait appel à la communauté internationale pour qu'elle œuvre à l'amélioration de la situation des droits humains qui se détériore.

Quant à la répression des Gambiens, y compris des enlèvements et des tueries horribles qui étaient à l'origine de la motion, Gomez a souligné qu'il ne s'agissait que de spéculations et d'allégations sans fondement.

Dernier Tweet :

RT @cchrcambodia: #HRD and land activist #TepVanny has been released tonight, after more than 2 years of unjust imp… https://t.co/dNfBmm7rkN