RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Prédicateur islamique détenu au secret pendant quatre jours avant d'être libéré

(MFWA/IFEX) - Alhaji Ismaila Manjang, un imam et un éminent érudit islamique en Gambie, a été arrêté dans la nuit du 18 juin 2011 et détenu au secret par la National Intelligence Agency (NIA). Il a été libéré le 22 juin, sans aucune accusation.

Manjang, un érudit de grande réputation, ayant plus de quatre décennies d'expérience dans l'oeuvre religieuse et de bienfaisance, a été agressé, malmené et détenu dans une cellule infestée de moustiques. Il a été accusé de prêcher des mensonges et d'insulter les gens.

D'après les sources de la Media Foundation for West Africa (MFWA) l'imam a été soumis à un long interrogatoire sur toute une gamme de questions, y compris son avertissement récent à certains de ses élèves lors d'une cérémonie d'octroi de diplômes, pendant laquelle il les a conseillé d'"éviter l'idolatrie" qui, selon lui, devient une pratique répandue dans la société gambienne.

Manjang a été enlevé à son domicile à Gunjur Kombo South District de la Région Occidentale de la Gambie par des agents de la NIA en civil. Bien qu'il n'ait pas été inculpé d'aucune infraction, il est obligé de se présenter régulièrement au bureau de la NIA, depuis sa libération.

Les citoyens gambiens, dont des dirigeants religieux, n'ont pas connu de paix depuis l'avènement du régime du Président Yahya Jammeh au pouvoir en 1994. Le président Jammeh, qui est également le ministre des affaires religieuses, n'a jamais caché sa haine à l'égard des chefs religieux indépendants du pays. Selon les sources de la MFWA, la plupart des chefs religieux sont obligés de chanter les éloges du régime afin de survivre.

Le 13 Octobre 2010, l'interdiction motivée par des raisons politiques de Bakawsu Fofanah, un autre érudit musulman très populaire, avait été levée mais cela, après un avertissement sevère par le président Jammeh. L'interdiction a été imposée par le Supreme Islamic Council (SIC), une coalition d'associations musulmanes de la Gambie, coalition qui est pro-Jammeh. Le président l'a prévenu de s'abstenir de sa manière de propagation religieuse, qui selon lui s'était caractérisé par "l'incitation et l'agitation susceptibles de provoquer la confusion chez les musulmans" en Gambie.

Le 22 mai 2009, Baba Leigh, l'Imam de Kanifing et un critique acharné de l'administration du président Jammeh, a été averti par le dernier de désister d'admonir son administration ou bien de courir le risque de se faire emprisonner.

"En tant que ministre des Affaires religieuses, je ne vais pas tolérer les gens érudits qui trompent la population", a dit le président Jammeh aux partisans de son parti.

Dernier Tweet :

In solidarity with civil society in Hungary https://t.co/gz9Bzbi5SR @EFF @Dunja_Mijatovic https://t.co/rFlIE6g2wS