RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Charges contre deux journalistes gambiens abandonnées

MISE À JOUR: Abubacarr Saidykhan a été victime des menaces de mort une deuxième fois. Le journaliste a dit qu’il a été menacé verbalement par un groupe d’hommes qui ont passé par-devant de sa maison dans un véhicule avec les vitres teintés le 13 novembre.

MFWA

(MFWA/IFEX) - le 25 octobre 2012 - La Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA) prend acte de l'abandon par la justice gambienne des charges contre deux journalistes qui avaient été arrêtés le 6 septembre, 2012 pour avoir demandé l'autorisation de la police en vue d'organiser une manifestation pacifique contre l'exécution de neuf condamnés à mort sur les ordres du président gambien, M. Yahya Jammeh.

Baboucarr Ceesay, premier vice-président de l'Union Gambienne de Presse (GPU), et Abubacarr Saidykhan, journaliste indépendant, ont été inculpés de « complot en vue de commettre un crime, de lancer des publications séditieuses et d'inciter à la violence ».

Même si la MFWA accueille la décision d'abandonner les charges, la Fondation exige que la police gambienne enquête une menace de mort contre les journalistes.

À peine un jour après que la justice gambienne avait abandonné les charges, les deux journalistes ont reçu une menace de mort d'un inconnu par courrier électronique

Les charges ont été abandonnées a la suite d'une campagne de MFWA, aux niveaux local et international. L'organisation a ramassé une douzaine des signatures individuelles, et quarante membres d'IFEX et ses membres affiliés ont signé l'appel ci-dessous.

Appel à la police gambienne de retirer les inculpations portées contre deux journalistes

Les organisations soussignées se joignent à la Fondation pour les Médias en Afrique de l'Ouest (MFWA) pour exprimer leur profonde consternation face à l'attitude léthargique de la part de la police gambienne quant à la manière dont elles s'occupent de l'affaire des deux journalistes contre qui des inculpations criminelles ont été portées en Gambie.

Nous faisons appel aux autorités pour qu'elles retirent immédiatement les inculpations portées contre Baboucarr Ceesay, premier vice-président de l'Union de la presse gambienne (GPU), et Abubacarr Saidykhan, journaliste indépendant, qui ont été inculpés de « complot en vue de commettre un crime ». Les inculpations ont fait suite à leur arrestation le 6 septembre 2012 pour avoir demandé l'autorisation de la police en vue d'organiser une manifestation pacifique contre l'exécution de neuf condamnés à mort sur les ordres du président gambien, M. Yahya Jammeh. Ils ont été remis en liberté provisoire le 10 septembre.

En plus, une inculpation supplémentaire de « publication séditieuse » a été portée contre Ceesay pour un article qu'il aurait publié, selon la Police, sur le site web de l'Africa Review basé au Kenya. En vertu de la section 59 (b) du code pénal, une autre inculpation d' « incitation à la violence » a été portée contre Saidykhan.

Selon les enquêtes de la MFWA, Ceesay et Saidykhan ont respecté les conditions de leur mise en liberté provisoire sous caution en se présentant à la Police ce dernier mois sans que les autorités ne leur indiquent clairement la manière dont l'affaire est prise en charge.

Rien ne permet d'établir le lien entre la demande d'autorisation pour l'organisation d'une manifestation pacifique et les diverses inculpations portées contre les deux journalistes.

Par conséquent, nous faisons appel à la Police, parmi d'autres autorités, pour qu'elle:

  • Retire les inculpations portées contre les deux journalistes ;
  • Reconnaisse le fait qu'en demandant une autorisation pour organiser une manifestation pacifique, les journalistes ont agi en conformité avec la loi ;
  • Respecte la Constitution de la Gambie, surtout la section 25 (1d) qui garantit le droit à la manifestation pacifique et « la liberté de réunion et de manifestation pacifique et sans armes » ; et
  • Agisse en conformité avec tous les traités et lois sur les droits humains internationaux que la Gambie a ratifiés.

    Signées,

    Fondation pour les Médias en Afrique de l’Ouest
    Adil Soz - International Foundation for Protection of Freedom of Speech
    Arabic Network for Human Rights Information
    ARTICLE 19
    Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d'Information
    Association of Caribbean Media Workers
    Association of Independent Electronic Media
    Canadian Journalists for Free Expression
    Center for Media Freedom and Responsibility
    Center for Media Studies & Peace Building
    Egyptian Organization For Human Rights
    Electronic Frontier Foundation
    Fédération Internationale des Journalistes
    I'lam Arab Center for Media Freedom Development and Research
    Independent Journalism Center - Moldova
    Index on Censorship
    Initiative for Freedom of Expression - Turkey
    International Press Institute
    Media, Entertainment and Arts Alliance
    Media Institute of Southern Africa
    Media Rights Agenda
    National Union of Somali Journalists
    Pacific Islands News Association
    Pakistan Press Foundation
    Palestinian Center for Development and Media Freedoms - MADA
    PEN International
    Public Association "Journalists"
    Reporters sans frontières
    Union des Journalistes de l'Afrique de l'Ouest

    Autres signataires :

    MISA Angola
    MISA Botswana
    MISA Lesotho
    MISA Malawi
    MISA Mozambique
    MISA Namibia
    MISA South Africa
    MISA Swaziland
    MISA Tanzania
    MISA Zambia
    MISA Zimbabwe

  • Dernier Tweet :

    12 journaux européens interdits de publier sur #FootballLeaks https://t.co/ye5WM5zdLD @RSF_Europe @mediapart… https://t.co/RBFkFZmGtk