RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Les stations de radio critiques sont fermées sous prétexte de lenteur bureaucratique

Les stations de radio et les journaux de la capitale du Togo ont suspendu leurs activités normales pendant une journée en mars en signe de protestation contre la fermeture, depuis décembre, de trois stations de radio, selon ce que rapportent la Fondation pour les médias en Afrique de l'Ouest (Media Foundation for West Africa) et Reporters sans frontières (RSF).

À la suite de la proclamation, par le groupe de défense des médias SOS Journaliste en danger, d'une « Journée sans médias », les stations de radio n'ont offert que de la musique le 10 mars, et la plupart des journaux, à l'exception du quotidien « Togo Presse », propriété de l'État, et du journal privé « Forum de la Semaine », ont été absents des kiosques, dit la MFWA.

Avec des sit-ins et des marches de protestation, c'était la dernière tactique de campagne utilisée pour tenter de sauver les stations de radio « X-Solaire », « Metropolys » et « Providence », fermées le 29 décembre 2010 par l'Autorité de réglementation des Postes et Télécommunications (ART&P). L'ART&P allègue que ces stations de radio fonctionnaient dans l'illégalité parce qu'elles n'avaient pas les documents d'enregistrement requis ni l'équipement de radiodiffusion standard.

Le groupe SOS Journaliste en danger a déclaré que ces fermetures constituent une tentative des autorités pour museler les stations, qu'elles jugent trop critiques à l'égard du gouvernement du Président Fauré Gnassingbé.

La MFWA rapporte que depuis la fermeture, le personnel des stations qui s'est efforcé d'obtenir les documents requis s'est heurté à des « tactiques dilatoires de la part des autorités ».

La MFWA et RSF rapportent qu'une quatrième station de radio a depuis été fermée par l'ART&P. L'organisme de réglementation a déclaré que Carré Jeune, une station de radio communautaire qui offre une programmation de divertissement, ne respecte pas les normes professionnelles.

En appui à la campagne, RSF a écrit aujourd'hui au ministre de l'Administration territoriale, Pascal Bodjona, pour lui demander d'expliquer la lenteur des démarches administratives.

« Les considérations de nature politique ne doivent pas donner prise à des conflits d'intérêts entre la classe dirigeante du Togo et les médias », dit la lettre. « Au contraire, le rôle des autorités est de préserver la liberté d'expression et de garantir la Constitution. »

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Les médias protestent pour la réouverture de trois stations de radio

    La plupart des stations de radio et des journaux basés à Lomé ont suspendu leurs activités régulières en signe de protestation contre la fermeture continue de trois stations de radio depuis décembre 2010.

  • Les autorités ferment trois stations de radio

    Selon certains groupes de médias, les autorités tenteraient de museler les stations, jugées trop critiques à l'égard de l'administration.



Dernier Tweet :

Oral intervention at United Nations Human Rights Council's 28th Special Session on deteriorating human rights situa… https://t.co/sbUG2HabsO