RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le TMG dénonce l'attaque contre la journaliste et représentante d'un groupe membre de l'IFEX, Sihem Bensedrine, à l'aéroport de Tunis

SOURCE: Groupe d'observation de la Tunisie de l'IFEX (IFEX-TMG)

(IFEX-TMG) - Ci-dessous, un communiqué de presse de l'IFEX-TMG daté du 20 août 2008:

Le TMG dénonce l'attaque contre la journaliste et représentante d'un groupe membre de l'IFEX, Sihem Bensedrine, à l'aéroport de Tunis

Les membres du Groupe d'observation de la Tunisie organisé par l'IFEX (TMG), une coalition de 18 organisations membres du réseau de l'Échange international de la liberté d'expression (IFEX), sont consternés par le violent traitement réservé hier à l'aéroport de Tunis à la journaliste Sihem Bensedrine, secrétaire générale de l'Observatoire pour la Défense de la Liberté de la Presse, de l'Édition et de la Création (OLPEC), membre de l'IFEX en Tunisie, et partenaire de l'IFEX-TMG. Elle est également membre du Conseil de l'IFEX, l'organe directeur de l'IFEX.

L'OLPEC rapporte que la police des frontières à l'aéroport international de Tunis-Carthage a empêché Bensedrine de quitter le pays tandis qu'elle s'apprêtait à prendre l'avion qui devait l'emmener à Vienne le 19 août. Après une fouille minutieuse de ses bagages, Bensedrine s'est fait dire de suivre les agents dans un bureau. L'OLPEC rapporte qu'"en l'absence d'une raison valable, cette dernière a refusé de les suivre. C'est alors que plusieurs hommes en civil ont pris la relève des douaniers, sans décliner leur identité." Puis une équipe de la police politique s'est amenée, tandis que le hall de l'aéroport s'était vidé et qu'il n'y avait plus de témoins. Les agents étaient hostiles, peu courtois et de plus en plus agressifs. Ils l'ont bousculée et jetée par terre et lui ont pris ses effets personnels, y compris son ordinateur portable et son passeport. Ayant été empêchée de monter à bord et l'avion ayant déjà décollé, elle a reçu l'ordre de rentrer chez elle.

"C'est la troisième fois cette année que Bensedrine a de la difficulté à franchir la frontière tunisienne, et la deuxième où elle est maltraitée par la police des frontières - tandis qu'elle tentait de se déplacer par voie de terre, d'air ou d'eau," a fait remarquer avec colère Rohan Jayasekera, de Index on Censorship et président de l'IFEX-TMG. Dans les années précédentes, Bensedrine a été tabassée et injuriée en prison et par d'autres personnes agissant sous les ordres des autorités. "Voilà un comportement totalement outrageux à infliger à n'importe quel citoyen respectueux de la loi, et un comportement particulièrement honteux qu'une femme soit si mal traitée par un groupe de policiers. Encore une fois, nous sommes contraints de rappeler au gouvernement tunisien qu'il est en train de perdre rapidement sa réputation comme pays qui respecte les droits des femmes," a déclaré Jayasekera.

Bensedrine et son mari, Omar Mestiri, directeur et rédacteur en chef du journal en ligne "Kalima", ont été refoulés par la douane algérienne le 18 juin 2008, au moment où ils tentaient de franchir la frontière à Oum Tboul, près de Tabarka, dans le nord-ouest du pays. Ils avaient remarqué sur la route une présence policière accrue, y compris de la police secrète.

Le 3 mars 2008, après un séjour en Europe, Bensedrine et Mestiri ont eu droit à un traitement méprisant à leur arrivée en Tunisie au port de La Goulette. Ils ont été retenus par les agents des douanes pendant six heures, au cours desquelles Bensedrine a été violemment agressée, recevant des coups qui ont laissé des marques. On lui a confisqué ses biens, notamment ses appareils de téléphonie cellulaire, des documents et les disques durs de son ordinateur.

Bensedrine a porté plainte en mars devant les tribunaux au sujet de cet incident, mais selon l'avocat Raouf Ayadi, on n'a ouvert aucune enquête.

Jointe au téléphone, Bensedrine a déclaré que "c'est la première fois qu'ils recourent à une telle violence pour me soumettre à une humiliante fouille corporelle aussi complète et que l'on m'empêche de sortir du pays. J'avais l'impression qu'ils voulaient régler de vieux comptes. Je ne sais pas comment ils ont l'illusion que je représente une menace ou un danger."

Les membres du TMG exigent que Sihem Bensedrine soit autorisée à entrer en Tunisie et à en sortir librement, conformément à son droit juridique en tant que citoyenne tunisienne. En outre, nous tenons à protester énergiquement contre le traitement abusif réservé à Bensedrine, qui, d'après nous, est le résultat de ses activités de militante dévouée en faveur d'un plus grand respect des droits de la personne et de la démocratie en Tunisie.

Bensedrine, qui est également porte-parole du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT), est connue internationalement pour son militantisme, et a reçu en 2006 le prix Hugo-Young du Journalisme de Index on Censorship pour avoir attiré l'attention sur les violations des droits de la personne dans son pays. Elle a aussi reçu le Prix danois de la Paix de 2008 et le Prix international de la Liberté de la presse du CJFE en 2004.

Les membres de l'IFEX-TMG:

Réseau d'information arabe des droits de l'Homme (ANHRI), Égypte
ARTICLE 19, Royaume-Uni
Journalistes canadiens pour la liberté d'expression (CJFE), Canada
Cartoonists Rights Network International (CRNI), États-Unis
Organisation égyptienne pour les droits de l'Homme (EOHR), Égypte
Index on Censorship, Royaume-Uni
Fédération internationale des journalistes (FIJ), Belgique
Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA), Pays-Bas
Institut international de la presse (IIP), Autriche
Union internationale des éditeurs (UIE), Suisse
Journaliste en danger (JED), République démocratique du Congo
Fondation Maharat, Liban
Media Institute of Southern Africa (MISA), Namibie
Centre PEN norvégien, Norvège
Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), Canada
Association mondiale des journaux (AMJ), France
World Press Freedom Committee (WPFC), États-Unis
Comité des écrivains en prison de PEN International (WiPC), Royaume-Uni

Le groupe d'observation de la Tunisie de l'IFEX

Dernier Tweet :

12 journaux européens interdits de publier sur #FootballLeaks https://t.co/ye5WM5zdLD @RSF_Europe @mediapart… https://t.co/RBFkFZmGtk