RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La journaliste Naziha Rjiba poursuivie en justice et l'hebdomadaire "Muwatinoun" saisi

(OLPEC/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de l'OLPEC daté du 23 octobre 2008:

La journaliste Naziha Rjiba poursuivie en justice et l'hebdomadaire "Muwatinoun" saisi

Aujourd'hui 23 octobre, la journaliste et écrivaine Om Zied (Naziha Rjiba), a reçu une convocation à comparaître devant le procureur de la République le 27 octobre prochain. Cette convocation est liée à un article intitulé "Ils ont attaqué Kalima" qui a été publié par le journal "Muwatinoun" dans son édition du 22 octobre.

Les quotidiens tunisiens annonçaient dans leur édition d'aujourd'hui que le numéro 77 de "Muwatinoun", organe du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL), a été saisi en imprimerie pour avoir publié "des allégations contrevenant à la loi" cela "en application de l'article 73 du Code de la presse" et que le dossier a été transmis au ministère Public. Il s'agirait de l'article signé Om Zied.

Le plus surprenant, c'est que le directeur de "Muwatinoun", Mustapha ben Jaafar, n'a reçu aucune notification de saisie, ni de convocation au tribunal et a appris ce matin, la saisie de son journal qui devait être dans les kiosques hier, par les quotidiens officieux.

Rappelons que l'hebdomadaire "Muwatinoun" est privé des annonces publiques et des subventions accordées aux journaux d'opposition et fait face à des restrictions arbitraires dans sa diffusion dans les kiosques.

Naziha Rjiba qui est rédactrice-en-chef de "Kalima" et vice présidente de l'OLPEC, a déjà fait l'objet d'un harcèlement judiciaire en 2003 lors de la fameuse affaire des 170 euros où elle a été condamnée pour "infraction aux règles de change". A cause de ses écrits Naziha Rjiba a fait l'objet d'un harcèlement continu et multiforme, ciblant l'ensemble de sa famille, allant des campagnes de diffamation et de montage de cassettes pornographiques à des atteintes à ses biens et l'étranglement économique de la famille tout comme des menaces sur la liberté et la sécurité de ses enfants. Dernièrement, son mari a été mis en prison arbitrairement suite à un malheureux accident de la route.

L'OLPEC:
- estime que la convocation de Naziha Rjiba par le ministère Public est une étape vers un autre procès d'opinion qui cible une écrivaine et journaliste et une défenseure de droits humains renommée
- dénonce la saisie arbitraire de "Muwatinoun" pour avoir ouvert ses colonnes à un article exprimant une liberté d'opinion, et cela une semaine seulement après avoir subi un blocage de sa diffusion dans les kiosques sous la pression des autorités
- exige l'arrêt de toute forme de harcèlement judiciaire contre Naziha Rjiba et la levée de toutes les restrictions contre le journal "Muwatinoun"
- rappelle à l'État tunisien son devoir de protéger les droits de tous les citoyens sans exception ainsi que ses engagements internationaux relatifs à la liberté d'expression

Pour l'Observatoire
La secrétaire générale
Sihem Bensedrine

Dernier Tweet :

Warm congratulations to former Chilean president @mbachelet on her appointment as the next UN High Commissioner for… https://t.co/Y30E0EqOaf