RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un reporter condamné à six ans de prison par contumace pour avoir couvert un mouvement social

(RSF/IFEX) - Le 11 décembre 2008, la cour d'assises de Gafsa (350 km au sud de Tunis) a condamné par contumace le correspondant de la télévision privée Al-Hiwar Attounsi, Fahem Boukadous, à six ans de prison pour "constitution d'une association criminelle susceptible de porter atteinte aux personnes et à leurs biens", suite à la couverture médiatique des manifestations populaires dans la région minière de Gafsa.

"Ce verdict sévère constitue un autre exemple de décision arbitraire à l'encontre de tous ceux qui dérangent le pouvoir. En Tunisie, la profession de journaliste est un métier à haut risque. La justice tunisienne au service de pouvoir est toujours prête à condamner toute personne susceptible de s'opposer au régime du président Zine el-Abidine Ben Ali. En l'occurencce, Fahem Boukadous a simplement exercé son métier", a déclaré Reporters sans frontières.

Contacté par Reporters sans frontières, l'avocat du journaliste, Me Abderraouf al-Ayadi, a déclaré que le but de la décision était de réprimer les activités de son client. "Fahem Boukadouss n'a même pas participé au mouvant social, il n'a fait que transmettre des images des incidents du bassin minier de Gafsa à la chaîne de télévision.( . . .) Les procès-verbaux incriminent le correspondant pour la couverture médiatique des mouvements populaires, le droit tunisien ne condamne pas les transmissions télévisées, ni le métier de journaliste," a-t-il déclaré. "Cette décision est destinée à semer la terreur parmi les journalistes tunisiens", a poursuivi l'avocat.

Mise à jour du cas Boukadous: http://www.ifex.org/fr/content/view/full/98505

Dernier Tweet :

China’s Fast Train to Erode Hong Kong’s Autonomy https://t.co/VvNPn4VjOe On June 14, the Hong Kong Legislative Coun… https://t.co/pvuVdw35GF