RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

L'IFEX-TMG demande au Président d'arrêter toute interférence du gouvernement dans les affaires du SNJT

(IFEX-TMG) - Le 13 mai 2009 - L'IFEX-TMG a écrit une lettre au président tunisien Zine El Abidine Ben Ali exprimant son inquiétude face aux tentatives du gouvernement d'interférer dans les affaires du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT).

Son Excellence, Zine El Abidine Ben Ali
Président de la République tunisienne
Palais présidentiel
Carthage, Tunisie
Fax : + 216 71 744 721

13 mai 2009

Excellence, Monsieur le Président de la République

Nous, soussignés, membres du groupe de surveillance de la Tunisie (TMG), une coalition de 18 organisations membres de l'Échange international de la liberté d'expression (IFEX), venons, par la présente, vous exprimer notre profonde préoccupation face aux actions menées par votre gouvernement dans le but de restreindre l'indépendance du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) et d'interférer dans ses affaires.

En réaction à la publication par le SNJT, le 4 mai 2009, d'un rapport critiquant la situation de la liberté de la presse en Tunisie, une campagne appuyée par le gouvernement a été orchestrée, dans le but de révoquer la direction du Syndicat, et un contre-rapport favorable au régime a été publié.

Des journalistes proches du gouvernement ont lancé une pétition, appelant à la destitution des dirigeants du SNJT et à de nouvelles élections. Des journalistes ont été menacés de licenciement s'ils ne signaient pas la pétition. Sous la pression, trois membres du bureau exécutif du Syndicat ont démissionné, sachant que quatre démissions entraînent automatiquement la convocation d'un congrès extraordinaire et de nouvelles élections. Ces démissions ont été rejetées par le bureau exécutif du Syndicat.

En outre, le président du Syndicat, Néji Bghouri, a fait l'objet, le jour de la publication du rapport, d'une tentative d'agression physique et continue de subir des violences verbales.

Nous sommes sérieusement inquiets face aux tentatives de votre gouvernement de saper la solidarité professionnelle des journalistes tunisiens et d'assujettir leur Syndicat, dans le cadre d'une stratégie visant à bâillonner la liberté d'expression en Tunisie.

Nous vous rappelons, Excellence, que l'Etat ne doit pas interférer dans les affaires du SNJT, qui doit être en mesure d'assumer sa mission en tant que syndicat indépendant, loin de toute forme d'intervention politique, et de publier ses rapports en toute liberté.

Nous notons, à ce propos, que le gouvernement tunisien a adopté une tactique similaire pour dissoudre le bureau exécutif de l'Association des Magistrats Tunisiens (AMT), et employé, sans succès, les mêmes méthodes avec la Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l'Homme (LTDH).

Nous vous prions, Excellence, de prendre toutes les dispositions qui s'imposent afin d'arrêter toute interférence du gouvernement dans les affaires du SNJT et de permettre à ce syndicat de publier ses rapports et de gérer ses affaires librement, loin de toute influence de l'Etat.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer, Excellence, l'expression de notre haute considération.

Réseau d'information arabe des droits de l'Homme (ANHRI), Égypte
ARTICLE 19, Royaume-Uni
Journalistes canadiens pour la liberté d'expression (CJFE), Canada
Cartoonists Rights Network International (CRNI), États-Unis
Organisation égyptienne pour les droits de l'Homme (EOHR), Égypte
Index on Censorship, Royaume-Uni
Fédération internationale des journalistes (FIJ), Belgique
Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA), Pays-Bas
Institut international de la presse (IIP), Autriche
Union internationale des éditeurs (UIE), Suisse
Journaliste en danger (JED), République démocratique du Congo
Fondation Maharat, Liban
Media Institute of Southern Africa (MISA), Namibie
Centre PEN norvégien, Norvège
Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), Canada
Association mondiale des journaux (AMJ), France
World Press Freedom Committee (WPFC), États-Unis
Comité des écrivains en prison de PEN International (WiPC), Royaume-Uni

Le groupe d'observation de la Tunisie de l'IFEX

Dernier Tweet :

Annie Game on violence against women in media and the need for everyday activism https://t.co/A9d6VArtpy #16Days… https://t.co/16P9xC5TUk