RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Une magistrature indépendante est essentielle pour préserver la libre expression

La Tunisie a besoin d'un système judiciaire véritablement indépendant pour combattre son bilan en matière de droits de la personne et de traitement des prisonniers d'opinion, qui ne cesse de se dégrader, indique le Groupe d'observation de la Tunisie organisé par l'IFEX (TMG), une coalition de 20 membres de l'IFEX, après sa septième mission au pays, du 25 avril au 6 mai.

Le TMG de l'IFEX s'est réuni le 6 juin à Beyrouth afin de rendre public son dernier rapport : « Derrière la façade : Comment un système judiciaire politisé et les sanctions administratives minent les droits de la personne en Tunisie ». La publication du rapport s'inscrit dans le cadre du Forum arabe de la presse libre, que tenait l'Association mondiale des journaux et des éditeurs de nouvelles (AMJ-IFRA), laquelle est membre duTMG de l'IFEX.

« Le rapport révèle comment le système judiciaire en Tunisie peut être violé et manipulé par les autorités pour réduire au silence l'opinion critique », dit Rohan Jayasekera de Index on Censorship, actuel président du TMG de l'IFEX. « Seul un système judiciaire véritablement indépendant - depuis les procureurs du palais de justice jusqu'aux juges de la Cour suprême - est en mesure de protéger les droits de la personne garantis par la Constitution. »

Le rapport relate par le menu des affaires de harcèlement, de surveillance et d'emprisonnement de journalistes et de défenseurs des les droits de la personne. Certains sont détenus dans des conditions très dures, harcelés physiquement et congédiés de leur travail. D'autres se voient nier leurs droits de communiquer et de se déplacer librement.

Les journalistes d'Égypte, du Maroc et de Palestine au Forum arabe de la presse libre ont exprimé leur préoccupation au sujet des violations commises contre la presse en Tunisie. « J'éprouve presque de l'embarras à parler du Maroc alors que les choses vont si mal en Tunisie », a déclaré un journaliste. Un autre journaliste a fait remarquer qu'aucune caricature politique n'a été publiée en Tunisie depuis des décennies.

Tandis que le gouvernement tunisien cherche à obtenir le « statut avancé » avec l'UE, le TMG de l'IFEX cherche à attirer l'attention sur la dissonance entre l'image que présente au monde le gouvernement et ses attaques contre les voix critiques à l'intérieur. Le groupe presse également le « gouvernement tunisien de prendre des mesures sérieuses pour se conformer aux normes internationales relatives aux droits fondamentaux de la personne, comme les garantissent la Constitution tunisienne et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples, la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques », dit Amadou Kanoute d'ARTICLE 19, chef d'équipe de la mission du TMG de l'IFEX.

ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Les obstacles posés à un système judiciaire indépendant nuisent aux droits de la personne, explique le TMG

    Le nouveau rapport du TMG souligne que la Tunisie a besoin d'un système judiciaire indépendant afin d'inverser son bilan en matière de droits de la personne et de traitement des prisonniers d'opinion, qui ne cesse de se détériorer.



Dernier Tweet :

Will a new wave of Israeli legislation diminish internet freedoms? https://t.co/Nb1PjkXkcT @7amleh