RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le TMG de l'IFEX demande aux associations de juges à travers le monde d'appuyer les juges indépendants qui sont persécutés en Tunisie

(IFEX-TMG) - Le 2 novembre 2010 - À la veille du Congrès de l'Union internationale des magistrats (UIM) qui se tiendra à Dakar, au Sénégal, le Groupe d'observation de la Tunisie issu de l'Échange international de la liberté d'expression (TMG de l'IFEX), une coalition mondiale de 20 membres de l'IFEX, réitère sa profonde inquiétude face à la persécution continue des magistrats indépendants en Tunisie et des conséquences que cela entraîne pour la liberté d'expression.

Le TMG de l'IFEX a écrit en septembre à l'UIM, une organisation internationale et professionnelle dont l'objectif principal est de "sauvegarder l'indépendance de la magistrature," pour partager ses conclusions alarmantes au sujet du harcèlement incessant des membres élus démocratiquement du bureau de l'Association des magistrats tunisiens (AMT) depuis leur éviction en 2005. (Voir : http://ifex.org/tunisia/2010/09/17/judges_persecuted/fr/ )

"Ces juges sont visés à cause de leur appui à l'indépendance du système judiciaire et de leur opposition à la mainmise du gouvernement sur le Conseil supérieur de la magistrature de Tunisie," a déclaré le président du TMG de l'IFEX, Rohan Jayasekera, du groupe Index on Censorship.

Le Conseil supérieur de la magistrature a la responsabilité de la nomination et de la promotion des juges, ainsi que de l'application des mesures disciplinaires, mais il est administré par le Ministère de la Justice et présidé par le Président Zine El Abidine Ben Ali, qui désigne la majorité de ses membres.

L'État a entrepris d'exercer une mainmise accrue après que le Congrès de 2004 de l'AMT eut adopté à une écrasante majorité une résolution qui demandait la modification de ses statuts et la restructuration du Conseil supérieur de la magistrature, afin de lui donner plus d'indépendance et de le protéger contre l'intimidation.

Depuis sa deuxième mission d'enquête en Tunisie en septembre 2005, le TMG de l'IFEX a documenté diverses formes de persécution des juges indépendants et l'accroissement du recours au système judiciaire pour persécuter les journalistes critiques et les défenseurs des droits de la personne. Le TMG de l'IFEX croit qu'un système judiciaire indépendant, dégagé de l'influence de l'État, est essentiel à la sauvegarde de la libre expression.

Les constatations de la sixième et dernière en date des missions d'enquête sont consignées dans un rapport publié en juin à Beyrouth, "Derrière la façade : Comment un système judiciaire politisé et des sanctions administratives minent les droits de la personne en Tunisie". (Voir : http://ifex.org/tunisia/2010/06/21/rapportdumissiontmg2010.pdf )

De nombreux magistrats ne souhaitent pas se prononcer sur les problèmes auxquels ils sont confrontés dans l'exercice de leur fonction. "Non pas parce qu'ils ne croient pas à l'indépendance de la magistrature, mais parce que ce que nous vivons effraie tout le monde. Aucun magistrat n'aime affronter les périls que nous subissons," dit l'un des juges persécutés actuellement.

Le bureau actuel de l'AMT, qui est soutenu par le gouvernement, ferme les yeux depuis cinq ans sur la persécution des magistrats indépendants, persécution qui passe par des affectations de magistrats sans leur consentement, le refus de promotions, des réductions salariales sans explication, des restrictions imposées à la liberté de mouvement, voire des agressions.

Le Conseil National de l'AMT a même adopté le 18 octobre une résolution qui remerciait le Président Ben Ali de son "appui constant aux intérêts matériels et moraux des juges," et qui s'en prenait à Amnistie Internationale à cause de son rapport paru en juillet sur le prix élevé que paient à l'heure actuelle les juges indépendants et les défenseurs des droits de la personne de Tunisie.

"Nous espérons que le Congrès de Dakar donnera à l'Union internationale des magistrats l'occasion d'entreprendre une action qui pourrait mettre bientôt fin à la persécution des juges indépendants et contribuer à faire naître une nouvelle ère où la magistrature ne sert plus d'instrument au gouvernement pour étouffer les libertés d'expression et d'association," a conclu Amadou Kanoute, du bureau d'ARTICLE 19 au Sénégal, qui dirigeait le printemps dernier la mission du TMG de l'IFEX en Tunisie.

À la veille du Congrès de l'UIM, qui se déroulera à Dakar du 6 au 11 novembre, des associations de juges de partout dans le monde se sont engagées à appuyer les juges indépendants en Tunisie.

Le groupe d'observation de la Tunisie de l'IFEX
Arabic Network for Human Rights Information
ARTICLE 19
Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires - AMARC
Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d'Information
Bahrain Center for Human Rights
Cairo Institute for Human Rights Studies
Canadian Journalists for Free Expression
Cartoonists Rights Network International
Egyptian Organization For Human Rights
Fédération Internationale des Journalistes
Fondation Maharat
Index on Censorship
International Federation of Library Associations and Institutions
International Press Institute
International Publishers Association
Journaliste en danger
Media Institute of Southern Africa
Norwegian PEN
PEN International
World Press Freedom Committee
ADDITIONAL INFORMATION
De quoi discutent les autres membres de l'IFEX
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Le harcèlement judiciaire étouffe la libre expression

    Un journaliste tunisien rongé par la maladie se languit en prison sous le poids d'accusations bidon, tandis qu'un autre risque deux ans d'emprisonnement pour avoir été la cible d'une agression physique. Ce ne sont là que deux preuves de la façon dont les autorités utilisent les tribunaux pour écraser la dissidence, déclare le Groupe d'observation de la Tunisie organisé par l'IFEX (TMG de l'IFEX). Par ailleurs, les juges qui osent critiquer les autorités sont éloignés de leur milieu de travail et se font même retirer leur salaire, ajoute le TMG de l'IFEX, qui accentue sa campagne de promotion de l'indépendance de la magistrature.

Dernier Tweet :

Corporate actors must not facilitate human rights violations through new Chinese rules https://t.co/oN5T3rOpw1 @iNetDemocracy @RSF_inter