RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

APPEL CONJOINT INTERNATIONAL EN FAVEUR DE LA REMISE EN LIBERTÉ D?UN ÉCRIVAIN

Onze membres de l’IFEX et 267 écrivains de treize pays appuient une action conjointe pour obtenir la libération du dramaturge et avocat des droits de la personne Esber Yagmurdereli, de Turquie. Ces personnes et ces groupes ont fait parvenir au premier ministre Bulent Ecevit un message dans lequel ils rappellent les nombreuses années que Yagmurdereli a passées en prison pour avoir fait campagne contre les violations des droits de la personne commises en Turquie et pour l’allégement du “sort des Kurdes” de Turquie. Yagmurdereli a été arrêté pour la première fois et condamné à mort en 1978, mais sa sentence a ensuite été commuée en prison à vie. Il a été libéré de prison sous condition en août 1991, mais il a subi depuis ce temps toute une série de procès à cause de son travail. En octobre 1997, il a été emprisonné de nouveau et condamné à purger le reste de sa peine d’emprisonnement à vie, à laquelle s’est ajoutée une peine de dix mois d’incarcération pour un deuxième “délit”, ce qui lui fait en tout 22 ans et quatre mois. Yagmurdereli a été libéré à titre temporaire, pour raisons de santé, de novembre 1997 à juin 1998, après quoi il est retourné en prison.

Selon le Comité des écrivains en prison du PEN International (WiPC), “Yagmurdereli n’est qu’un prisonnier parmi les centaines d’écrivains et de journalistes de Turquie qui sont incarcérés ou qui ont dû affronter les tribunaux pendant les années 90”. Son cas “illustre le peu d’enthousiasme que la Turquie manifeste à accorder à ses citoyens l’entière liberté d’écrire et d’exprimer son opinion sans crainte de représailles”. Le cas de Yagmurdereli a retenu l’attention de la communauté internationale; il a reçu le prix Ludovic-Trarieux, décerné par l’association du Barreau de Bordeaux, en France. Cet honneur, qu’il partage entre autres avec Nelson Mandela, lui a été remis pour “sa contribution en tant qu’avocat spécialisé dans la promotion des droits de la personne”. Les organisations de défense de la liberté d’expression prient instamment le gouvernement turc de libérer Yagmurdereli, immédiatement et inconditionnellement, et font remarquer que le gouvernement pourrait envisager l’adoption d’une loi d’amnistie générale le 29 octobre, fête nationale de la Turquie. Le président de la République tchèque, Vaclav Havel, a “ajouté sa voix à l’appel le 10 octobre, lors d’une rencontre avec le président de la Turquie à Istanbul”, rapporte le WiPC.


Dernier Tweet :

Niger: Journalist Ali Soumana granted provisional release after 2 months in detention https://t.co/0UJC5kZrN1 @FXISouthAfrica @amdissmedia