RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Demandez la fin du procès de ceux qui demandent la démocratie

L’activiste des droits de la personne Ahmed Mansoor en compagnie de Sarah Leah Whitson, de Human Rights Watch, lors d’une conférence de presse à Dubai en janvier 2011
L’activiste des droits de la personne Ahmed Mansoor en compagnie de Sarah Leah Whitson, de Human Rights Watch, lors d’une conférence de presse à Dubai en janvier 2011

Human Rights Watch

Début juin, cinq activistes pro-démocratie des Émirats arabes unis - dont les crimes incluent la signature d'une pétition qui exige des élections libres pour tous les citoyens - ont commencé à subir un procès. Joignez-vous à Human Rights Watch pour demander aux ambassadeurs des E.A.U. d'assurer la fin du procès et la libération des activistes.

Les cinq activistes, parmi lesquels se trouvent l'éminent blogueur politique membre du comité consultatif de Human Rights Watch sur le Moyen-Orient Ahmed Mansoor et le maître de conférence Nasser bin Ghaith, sont détenus depuis avril pour avoir insulté les autorités et critiqué et sapé les fondements du gouvernement en rapport avec leurs écrits en ligne et leur militantisme. Les cinq prévenus ont tous eu recours à l'Internet pour demander des droits politiques accrus aux E.A.U.

Les cinq ont plaidé non coupable le 14 juin lors d'une audience à huis clos devant la Cour suprême fédérale d'Abu Dhabi.

Selon Human Rights Watch, le procès fait suite à une campagne d'intimidation et de harcèlement pour des motifs politiques contre les défenseurs de la démocratie après avoir signé une pétition publiée en mars dans laquelle on demande des changements constitutionnels et parlementaires aux E.A.U.

Les dépêches locales indiquent que des dizaines de manifestants pro-gouvernement portant des banderoles et des drapeaux se sont assemblés à l'extérieur du tribunal et ont scandé des slogans dénonçant les activistes. La prochaine audience est prévue pour le 18 juillet.

« Les dirigeants des E.A.U. traduisent en justice ces activistes pour la seule raison qu'ils revendiquent des réformes démocratiques », dit Human Rights Watch. « Les autorités doivent mettre un terme à cette honteuse répression dirigée contre la dissidence non violente. »

Signez la lettre aux ambassadeurs des E.A.U. ici.
ADDITIONAL INFORMATION
Alertes liées au même sujet sur ifex.org
  • Des activistes sont arrêtés parce qu'ils s'opposent au gouvernement

    Au début de ce mois, les Émirats arabes unis ont décidé de marcher sur les pas de leurs voisins et ont arrêté au moins cinq défenseurs des droits qui exigeaient sur Internet des réformes politiques. Des organisations de défense des droits basées en Égypte, notamment le Réseau arabe d'information sur les droits de la personne (Arabic Network for Human Rights Information, ANHRI) et l'Institut du Caire pour les études sur les droits de la personne (Cairo Institute for Human Rights Studies, CIHRS), qui sont membres de l'IFEX, ont joint leurs forces pour exiger la remise en liberté des activistes, tandis que Human Rights Watch invite les organisations internationales à se retirer des EAU.

Dernier Tweet :

Today marks Int #HumanRightsDay. Human rights abuses can no longer be “just part of the job” for women in media. https://t.co/Vvh7KGEz1p