RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le tribunal rend un jugement historique sur la protection des sources des journalistes

Suzanne Breen a remporté le droit de ne pas remettre à la police des renseignements sur l'IRA Véritable
Suzanne Breen a remporté le droit de ne pas remettre à la police des renseignements sur l'IRA Véritable

Paul Faith/PA

Une journaliste de Belfast, en Irlande du Nord, a remporté la semaine dernière le droit de ne pas rendre à l'État du matériel concernant l'IRA Véritable. Il s'agit d'un jugement historique sur la liberté de la presse, disent la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Reporters sans frontières (RSF) et ARTICLE 19.

Le juge Tom Burgess a statué le 18 juin que la vie de Suzanne Breen pouvait être mise en danger si elle remettait les notes prises lors d'une entrevue qu'elle a eue avec l'organisation paramilitaire IRA Véritable, après que celle-ci eut tué deux soldats britanniques en mars - comme l'exigeait le Service de Police d'Irlande du Nord (Police Service of Northern Ireland, PSNI).

« Voici une victoire historique dans le combat que mènent les journalistes en faveur de la protection des sources », a déclaré la FIJ.

Correspondante du journal « Sunday Tribune », basé à Dublin, Breen risquait jusqu'à cinq ans de prison si elle refusait de se conformer à l'ordre de la cour de remettre ses informations. Elle a fait valoir que remettre ces informations contreviendrait à la confidentialité journalistique et mettrait en danger sa vie et celle des membres de sa famille.

Le juge Burgess a statué qu'accéder à la demande contreviendrait au droit de la journaliste à la vie, aux termes de la Convention européenne des droits de l'homme.

Lors de l'instruction de cette affaire, Breen a révélé avoir été avertie qu'elle pourrait être tuée si elle coopérait avec l'enquête du PSNI.

S'exprimant à l'extérieur du tribunal, Breen a déclaré : « Voici une décision dans une affaire historique. Je pense que le juge Burgess est allé plus loin que tout autre juge en reconnaissant la confidentialité des sources », ajoutant que la requête de la police faite au tribunal « constituait une totale perte de temps, de ressources et de l'argent des contribuables ».

Plus de 5 000 particuliers et organisations, dont RSF, ont signé une pétition organisée par le Syndicat national des journalistes pour demander l'abandon des procédures judiciaires intentées contre elle.

La FIJ et son groupe européen, la Fédération européenne des journalistes (FEJ), mènent une campagne pour obtenir la révision des lois antiterroristes dans les pays d'Europe, qui menacent la protection des sources des journalistes.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

The price for speaking out: @NABEELRAJAB sentenced to 5 years for tweeting in Bahrain https://t.co/ZM4jP8JXRQ… https://t.co/OyX9iNO4fo