RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La Secrétaire d'État des États-Unis défend l'accès sans entraves à l'Internet

Dans un discours historique sur la liberté de l'Internet la semaine dernière, la Secrétaire d'État des États-Unis, Hillary Clinton, a déclaré son soutien à la liberté d'expression et a reconnu que l'accès sans restrictions à l'Internet fait partie intégrante des droits de la personne, du développement économique et de la stabilité politique, indiquent Human Rights Watch et Reporters sans frontières (RSF).

« Nous sommes en faveur d'un seul Internet, où toute l'humanité a un accès égal à la connaissance et aux idées », a déclaré Mme Clinton.

Celle-ci a critiqué la censure en ligne par les alliés traditionnels et les grands partenaires commerciaux, comme l'Arabie saoudite et la Chine, et elle a condamné les gouvernements, comme celui de l'Égypte, qui arrêtent les blogueurs. Elle a également invité le gouvernement chinois à faire enquête sur les récentes cyber-attaques contre Google et à rendre les résultats « transparents ».

« La secrétaire Clinton a élevé la liberté de l'Internet au rang de priorité essentielle des États-Unis en confrontant les gouvernements qui censurent le discours en ligne et en appuyant les entreprises qui se portent à la défense des droits de la personne », a déclaré Human Rights Watch. « Le défi consistera maintenant à mettre ces objectifs en pratique en incorporant la liberté de l'Internet dans la diplomatie, dans la politique commerciale, et en exerçant des pressions significatives sur les entreprises pour qu'elles agissent de manière responsable. »

Clinton a déclaré que la censure « ne doit d'aucune manière être acceptée par quelque entreprise, d'où que ce soit ». Elle a aussi fait allusion à la « Global Network Initiative » (Initiative de Réseau mondial, GNI), un effort de Microsoft, Google, Yahoo, d'organisations de défense des droits de la personne, d'universitaires et d'investisseurs qui invitent les entreprises à protéger la liberté d'expression et la vie privée en ligne, dit Human Rights Watch.

Human Rights Watch formule plusieurs recommandations : les États-Unis doivent presser leurs homologues d'éliminer la censure en ligne et assurer que toutes les agences gouvernementales travaillent à combattre la censure, que l'ouverture à l'Internet devient le centre de la diplomatie commerciale et des négociations commerciales, et que les futures ententes commerciales des États-Unis contiennent des dispositions protégeant la liberté d'expression en ligne, comparables à celles qui protègent le travail.

RSF applaudit l'appui de Clinton aux initiatives concernant la liberté de l'Internet, et son engagement à utiliser davantage de ressources pour créer des logiciels qui vont contourner la censure. RSF suggère que les millions de dollars mis de côté pour l'aide devraient aller à des groupes comme le Global Internet Freedom Consortium (Consortium mondial de la liberté sur Internet), qui aide des millions d'usagers de l'Internet en Chine, en Iran et dans d'autres pays à accéder à de l'information bloquée et à aviser le reste du monde des questions critiques en jeu dans leur propre pays.

Dernier Tweet :

There have been more than 900 violations of journalists’ rights and attacks on media carried out against Palestinia… https://t.co/y3W46suw0x