RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

Glenn Greenwald

Le journaliste prolifique et avocat constitutionaliste, Glenn Greenwald, est un défenseur acharné et téméraire des libertés civiles.

AP Photo/Rick Bowmer

C'est une qualité héroïque que d'être si attaché à un principe que vous n'appliquez pas seulement quand c'est facile ou quand il conforte votre position et protège les gens que vous aimez, mais aussi quand il défend et protège les gens que vous détestez.


Greenwald sur la liberté d'expression, Rolling Stone

Le « grand prêtre » autoproclamé et fondateur de l'église dénommée World Church of the Creator (l'Église mondiale du créateur), Matthew F. Hale, est une personne excentrique exceptionnellement dangereuse avec une histoire de violence. Depuis 2005, il purge une peine de 40 ans de prison pour avoir sollicité le meurtre d'un juge fédéral. « L'église » de Hale (maintenant rebaptisée « Créativité ») est, en fait, une organisation suprématiste blanche qui appelle à une guerre sainte raciale afin de débarrasser le monde des Juifs et des non-Blancs. Comme c'est souvent le cas avec ces genres de groupes, la haine de la communauté LGBT est également encouragée.

Avant de tenter de faire tuer quelqu'un, Hale avait échoué dans sa tentative de devenir avocat professionnel. En 1998, à la suite de sa réussite à l'examen d'entrée au Barreau, le Comité du Barreau de l'Illinois en charge de la personnalité et l'aptitude physique des candidats a rejeté la demande de licence de Hale, invoquant son manque de « personnalité et d'aptitude physique pour pratiquer le droit ». Hale a engagé une action en justice au niveau fédéral pour tenter de casser cette décision. L'avocat qui le représentait a soutenu que la décision de refuser à son client une licence avait été fondée non pas sur un quelconque acte de « mauvaise conduite » mais uniquement sur les opinions répréhensibles que son client avait exprimées. Selon le procureur, la décision était une violation du droit à la liberté d'expression garanti à Hale par la constitution.

Le procès a été perdu mais l'affaire a fourni quelques détails délicieux pour les fans de l'ironie: Hale, l'homophobe adepte d'Hitler, a été défendu devant la cour par un jeune avocat juif homosexuel nommé Glenn Greenwald.

Greenwald, âgé de 49 ans, dira au sujet de cette affaire plusieurs années plus tard, que « pour lui c'est une qualité héroïque que d'être si attaché à un principe que vous n'appliquez pas seulement quand c'est facile ou quand il conforte votre position et protège les gens que vous aimez, mais aussi quand il défend et protège les gens que vous détestez ».

Greenwald est surtout connu pour son travail de journaliste en 2013 avec le lanceur d'alerte Edward Snowden, à travers lequel ce dernier a dénoncé les programmes de surveillance massifs et non autorisés du gouvernement américain. Mais Greenwald était également bien connu avant ceci comme un avocat constitutionaliste, un blogueur prolifique et un défenseur acharné des droits humains. Ses compétences en matière de débat sont formidables. Quiconque regarde Greenwald défendre les libertés civiles sera impressionné non seulement par sa maitrise des faits et ses compétences de raisonnement juridique, mais par la rapidité et la précision avec lesquelles il communique des points complexes. Il est implacable dans une discussion et il a souvent le dernier mot, comme l'a découvert le comédien et animateur d'émission Bill Maher.

L'intellect, la confiance et l'agressivité ont toujours été là: alors tout petit, ses camarades d'école voyaient Greenwald comme un « surdoué, odieux, excentrique » et toujours porté à défier l'autorité. Il était précoce aussi: il a postulé pour le conseil municipal de Lauderdale Lakes, en Floride quand il n'avait que 17 ans.

L'esprit vif et la nature combative de Greenwald l'ont mené à choisir le domaine de la loi (spécifiquement le litige) comme carrière. En 1996, après seulement quelques années d'expérience post-qualification, il a mis en place son propre cabinet en matière de litiges où il a travaillé sur des affaires liées au droit constitutionnel américain et aux libertés civiles (y compris l'affaire Hale). Cependant, en 2005, après plus d'une décennie dans les litiges, Greenwald a décidé qu'il avait besoin d'un nouveau défi et a mis de coté la pratique du droit afin de se consacrer à l'écriture politique. Il a commencé un blog appelé Unclaimed Territory (Territoire non revendiqué).

Le sens aigu de la justice de Greenwald et son indignation des méfaits du gouvernement l'ont naturellement amené à écrire sur des sujets tels que le tristement célèbre scandale de Valerie Plame (dans lequel un membre de l'administration du président George W. Bush a délibérément révélé l'identité d'un agent actif et sous couverture de la CIA) et les activités de surveillance sans mandat de l'Agence de sécurité nationale (NSA). En 2007, à mesure que le nombre de ses lecteurs augmente, il a commencé à écrire sur des sujets similaires pour le magazine en ligne Salon.

Le style d'écriture de Greenwald est clairement influencé par sa formation juridique: les arguments sont donnés avec force et le lecteur est bombardé des preuves dans des textes souvent assez longs. Il est très productif. Pendant qu'il écrivait pour son blog, Greenwald a également réussi à écrire quatre livres en cinq ans sur les libertés civiles et la politique, dont Avec la liberté et la justice pour certains: comment la loi est utilisée pour détruire l'égalité et protéger les puissants (paru en 2011).

C'est lorsque Greenwald est allé au journal The Guardian en 2013 qu'il a accompli sa plus grande contribution journalistique aux libertés civiles. En compagnie de la documentariste Laura Poitras et de son collègue journaliste de The Guardian Ewan McAskill, Greenwald a fait ce qui est appelé aujourd'hui la célèbre visite dans une chambre d'hôtel de Hong Kong pour rencontrer un ancien employé de la CIA et de la NSA qui avait une révélation importante à leur faire: Edward Snowden. Publier les révélations de Snowden - disant que la NSA espionnait illégalement les activités numériques de centaines de millions de personnes innocentes (en coopération avec les entreprises de télécommunications et les gouvernements européens) - a provoqué l'indignation dans le monde. Snowden a finalement été accusé par défaut de vol et - en vertu de la Loi de 1917 appelée Espionage Act - de communication des informations classifiées à une personne non autorisée. Certains commentateurs de télévision et des politiciens ont demandé que Greenwald soit traduit en justice.

Les révélations de Snowden ont eu un réel impact sur le plan législatif. Beaucoup ont fait valoir qu'elles ont conduit à la loi de 2015 sur la liberté aux États-Unis (USA Freedom Act), qui a imposé des limites à la portée des opérations de surveillance du gouvernement américain et introduit des mesures accrues de transparence et d'omission.

En 2014, Glenn Greenwald a reçu le Prix George Polk pour son journalisme qui a dénoncé les programmes de surveillance de masse de la NSA ainsi que le Prix Pioneer de la Electronic Frontier Foundation. Il est actuellement rédacteur contributeur à The Intercept, une publication indépendante en ligne.

Dernière mise à jour: 15 décembre 2016

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

La @ANPBOLIVIA demadó al gobierno transparencia sobre construcciones en parque nacional Tipnis… https://t.co/9xQC3SZlgB