RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

PROFIL

L'avocat transgenre des droits humains Chase Strangio

L'avocat transgenre des droits humains Chase Strangio, qui a défendu le droit de Chelsea Manning de recevoir des traitements hormonaux pendant qu'elle était dans une prison militaire, est actuellement en première ligne de la bataille pour les droits des transgenres aux États-Unis.

https://twitter.com/chasestrangio/

« La présence d'une personne trans fait vraiment une différence. Dans d'autres circonstances, ces discussions sur les personnes trans se déroulent en l'absence de ces dernières: discussions lors des dépositions, dans les tribunaux, dans les assemblées législatives ».


Interview de 2016 dans Broadly

Des éloges à Chase Strangio, l'avocat transgenre le plus connu qui travaille sur les cas LGBTQI + aujourd'hui, ne sont pas rares: « Probablement l'avocat le plus passionné avec qui j'ai travaillé », a déclaré un collègue avocat du Syndicat américain des libertés civiles (ACLU); « Un chef de file crucial sur les problèmes trans », dit son ancien professeur de droit.

Strangio, 34 ans, a représenté l'un des deux plus célèbres lanceurs d'alerte du 21ème siècle, Chelsea Manning, et fait partie de l'équipe d'ACLU qui est en justice actuellement pour que l'adolescent transgenre - et maintenant ancien - étudiant Gavin Grimm accède aux toilettes masculines à son école secondaire (bien que Grimm ait quitté l'école, son cas est toujours en cours et fait partie d'une plus grande bataille juridique qui se déroule à travers les États-Unis pour permettre aux personnes transgenres d'avoir accès aux toilettes du genre auquel elles s'identifient). Sans surprise, cette bataille juridique a provoqué des réactions colériques chez les conservateurs politiques.

Les questions d'identité sont intimement liées à notre droit de nous exprimer librement, et dans les cas juridiques impliquant des personnes transgenres, avoir une personne transgenre qui mène la discussion présente des avantages distincts. Comme l'a déclaré Strangio en 2016:

« La présence d'une personne trans fait vraiment une différence. Dans d'autres circonstances, ces discussions sur les personnes trans se déroulent en l'absence de ces dernières: discussions lors des dépositions, dans les tribunaux, dans les assemblées législatives. Nous voulons vraiment être sûr que les personnes trans sont réellement présentes pour que lorsque [nos adversaires] avancent des arguments disant qu'être trans est une hallucination, ou que les personnes trans n'existent pas réellement, ils devront le dire, encore et encore, en face d'une personne trans réelle. Peut-être qu'ils sont à l'aise avec ça, mais à la fin de la journée, cela va rendre leurs arguments beaucoup plus difficiles s'ils regardent nos clients trans, ou en regardant les personnes trans dans la salle d'audience ou un avocat trans. Nous avons besoin d'être dans ces espaces pour faire en sorte que les arguments qu'ils essaient d'avancer soient moins acceptables ».

Strangio a écrit de manière très émouvante sur ses propres douloureuses luttes avec le genre en tant qu'adolescent: « La vue de mon propre reflet me rendait malade. Cela me plongeait dans une dépression ». Il considère clairement le caractère personnel comme politique. Cependant, ce n'était qu'après l'université - lorsque Strangio est allé travailler comme para-juriste pour l'organisation de soutien juridique des LGBTQI +, le GLBTQ Advocates and Defenders (GLAD) - qu'il a commencé à trouver ses marques, à la fois sur le plan personnel et professionnel. « J'étais en train de composer avec mon propre genre, et j'ai commencé à graviter vraiment autour du travail juridique pour trans », a-t-il déclaré sans un entretien à son ancien magazine universitaire.

Après avoir travaillé chez GLAD, Strangio est allé à l'école de droit, où son travail acharné et son esprit juridique impatient a fait qu'il se distinguait parmi les autres étudiants brillants. Un ancien professeur a déclaré qu'il « travaillait déjà beaucoup mieux que la plupart des avocats quand il était encore à l'école de droit ». C'est là que Strangio s’est déclaré publiquement comme un homme transgenre.

En 2010, après avoir obtenu son diplôme, Strangio a obtenu une bourse au Projet de droit Sylvia Rivera (SRLP) où il faisait partie d'une équipe fournissant des services juridiques aux personnes transgenres et intersexuelles. Sa vocation légale était effective et, en 2012, ensemble avec la militante transgenre Lorena Borjas, il a mis en place le Fonds communautaire Lorena Borjas, qui a aidé à payer les cautions pour les membres de la communauté transgenre qui étaient en conflit avec la loi. Selon un ancien collègue, l'organisation a fait sortir les gens de la prison et de la détention à l'immigration et les a mis dans une position plus confortable pour se battre pour leur cas ».

Le travail qui a propulsé Strangio au devant de la scène internationale est arrivé quand il a rejoint ACLU en 2013. Là, il était l'avocat principal de Chelsea Manning.

En 2013, Manning a été reconnu coupable de multiples accusations liées à la publication de documents classés dans Wikileaks et a été condamnée à 35 ans dans une prison militaire. Peu après sa condamnation, elle a annoncé qu'elle souhaiterait passer d'un homme à une femme, mais - bien que les médecins de l'armée aient recommandé qu'elle soit autorisée de vivre en tant que femme -, le ministère de la Défense lui a refusé l'accès à la thérapie d'hormones.

À ce moment, Strangio s'est impliqué. De son point de vue, c'était une violation flagrante du droit de Manning à la liberté d'expression: « L'une des nombreuses choses que Chelsea a perdu au cours de son incarcération est sa capacité à façonner publiquement le récit de qui elle est », a-t-il écrit plus tard dans un article pour Écuyer. Ils ont poursuivi en justice, gagné, et Manning a reçu son traitement aux hormones en 2015. L'avocat et sa cliente sont devenus des amis proches et quand, en janvier 2017, l'ancien président Barack Obama a commué la peine de Manning, Strangio a organisé une collecte de fonds qui a recueilli plus de 174 000 $US pour payer le loyer, les soins de santé et d'autres coûts de Manning lors de sa libération en mai de cette année.

Depuis lors, Strangio s'est concentré sur la lutte contre les soi-disant « projets de lois portant usage des toilettes » - introduits par les législateurs dans plus d'une douzaine d'États américains et qui exigerait que les personnes transgenres utilisent les toilettes correspondant au sexe qu'elles avaient à la naissance plutôt que leur identité actuelle de genre. Les justifications communes de ces projets de lois concernent la vie privée et la sécurité, même s'il n'y a pas eu d'incident enregistré d'un transgenre qui a attaqué ou qui a enfreint la vie privée d'une autre personne dans une toilette publique.

Dernière mise à jour: 24 juillet 2017

Les autres visages de la liberté d'expression

Dernier Tweet :

De #Colombia llegan buenas noticias: el biólogo Diego Gómez es absuelto de los cargos por violación al derecho de a… https://t.co/gr3kCOzI80