RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RCTV obtient une prolongation de sa diffusion sur le câble et le satellite; RSF plaide pour des règles de droit claires et ménageant le pluralisme

(RSF/IFEX) - Le 1er août 2007, le Tribunal suprême de justice (TSJ) a déclaré recevable un recours déposé par la Chambre vénézuélienne de télévision par abonnement (Cavetesu), portant sur le statut des chaînes du câble et du satellite. Cette décision a permis à RCTV Internacional de prolonger in extremis sa diffusion câblée, qui était censée s'interrompre le jour même.

Exclue du réseau hertzien le 27 mai 2007, la chaîne venait de reprendre ses programmes, le 16 juillet, sur trois canaux du réseau câblé et deux du satellite. Le gouvernement vénézuélien avait aussitôt fait savoir que RCTV Internacional, bien que domiciliée juridiquement à l'étranger et diffusant également hors du territoire, devait se déclarer "producteur audiovisuel national". Faute de quoi, ses programmes seraient retirés de la grille. Le délai avait été fixé au 1er août à minuit ce qui laissait cinq jours à RCTV Internacional pour s'acquitter de la formalité.

Une telle mesure n'avait jamais été imposée aux autres médias du câble et le président de la Cavetesu, Mario Seíjas, a fait remarquer, le 28 juillet, que 40 chaînes par abonnement ne bénéficiaient d'aucun statut, ni national, ni international. La Cavetesu a donc saisi la chambre constitutionnelle du TSJ pour demander que soient posées des règles claires concernant les droits et les devoirs des diffuseurs nationaux et internationaux du réseau câblé et satellite au Venezuela. Mario Seíjas avait préalablement demandé, sans succès, une négociation d'urgence entre les médias du câble, dont RCTV Internacional, et le gouvernement.

Pour l'heure, la haute juridiction n'a pas tranché sur le fond. Dans une interview donnée à la chaîne d'information de Caracas Globovisión, Marcel Granier, président de RCTV Internacional, a considéré que le TSJ - et à travers lui le gouvernement -, cherchait simplement à "gagner du temps", dénonçant une "mesure politique".

"Les soupçons de Marcel Granier ne sont pas totalement infondés. Rien ne laisse présager que RCTV Internacional pourra maintenir sa programmation. Cependant, nous saluons l'initiative de Mario Seíjas et la décision, bien que très provisoire, du TSJ. Ce moment doit être l'occasion d'un vrai débat juridique et qui sait, d'une tentative de dialogue entre les autorités de Caracas et RCTV Internacional. Nous espérons qu'il débouchera sur des règles claires et équitables, ménageant le pluralisme éditorial, et pas seulement sur le câble et le satellite", a déclaré Reporters sans frontières.

Dernier Tweet :

Civil society groups call for the release of Tep Vanny https://t.co/j6MZsATcun @cchrcambodia @hrw @seapa Land act… https://t.co/KbYhjLhaPb