RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le siège d'un hebdomadaire à Bejuma subit un attentat par balles suite à la publication d'articles sur la corruption

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières appelle les autorités à la plus grande vigilance après l'attentat par balles qui a endommagé la rédaction de l'hebdomadaire "Dicho y Hecho", le 11 mai 2008 à Bejuma (État de Carabobo, Centre-Nord). L'attaque n'a heureusement pas fait de victimes.

"Nous craignons que cet attentat ne constitue un prélude à des attaques plus graves encore, mettant en danger l'intégrité physique des employés de 'Dicho y Hecho'. Nous espérons que l'enquête menée par les autorités régionales donnera des résultats rapides, et qu'elle tiendra compte des affaires sensibles auxquelles le journal a dernièrement consacré ses colonnes. Nous suggérons également qu'un dispositif de sécurité soit mis en place à l'attention des journalistes concernés", a déclaré Reporters sans frontières.

Au petit matin du 11 mai, la façade des locaux de "Dicho y Hecho" a été criblée de balles par des inconnus. La police a relevé environ une dizaine d'impacts de projectiles. Les coups de feu ont également endommagé l'intérieur de la rédaction, dont les employés étaient absents à cette heure.

Ximena Escobar, la directrice de l'hebdomadaire, a témoigné de la volonté des journalistes de ne pas céder à ce genre d'intimidations: "On veut nous faire peur, mais nous ne nous tairons pas." Fondé en 2002, "Dicho y Hecho" a récemment publié des enquêtes sur des affaires de corruption à Bejuma.

Dernier Tweet :

Preocupa el debilitamiento de la libertad de prensa en Estados Unidos https://t.co/jMSjUeZDGI @sip_oficial… https://t.co/GudP0CJvmG