RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Un sixième cyberdissident condamné en une semaine: la pire vague de repression depuis 2002

(RSF/IFEX) - Le militant démocrate Tran Quoc Hien a été condamné, le 15 mai 2007, à cinq ans de prison pour avoir "diffusé de la propagande antigouvernementale", notamment sur Internet, et "mis en danger la sécurité de l'Etat". Reporters sans frontières est atterrée par cette condamnation, la sixième en moins d'une semaine, et exprime sa profonde inquiétude face à cette vague de répression.

"C'est la pire série d'arrestations et de condamnations depuis 2002. Le gouvernement vietnamien s'est joué de la communauté internationale. Il lui a fait croire pendant quelques mois à sa volonté d'ouverture, dans le but de faciliter son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce, mais on constate aujourd'hui que ce n'était qu'un écran de fumée. Le Viêt-nam est l'un des pays les plus autoritaires et les plus répressifs de la planète. Un pays où le simple fait de demander publiquement des réformes démocratiques mène en prison. Il est temps pour l'Europe, les Etats-Unis et l'ensemble des gouvernements démocratiques de durcir le ton face aux autorités vietnamiennes", a déclaré Reporters sans frontières.

Tran Quoc Hien, 42 ans, membre du mouvement démocratique dit du "bloc 8406" et porte-parole de l'Union des ouvriers et des paysans (United Workers-Farmers Organization, UWFO), a été condamné à l'issue d'un procès de quatre heures. Il avait été arrêté en janvier 2007.

Cinq autres militants démocrates ont été jugés au cours de ces cinq derniers jours. Huynh Nguyen Dao, Nguyen Bac Truyen et Le Nguyen Sang ont été respectivement condamnés, le 10 mai 2007, à trois, quatre et cinq ans de prison. Le lendemain, les avocats Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan se sont vu infliger des peines de cinq et quatre ans de prison (consulter l'alerte antécédente du 15 mai 2007).

Six cyberdissidents avaient été arrêtés entre janvier et septembre 2002: Le Chi Quang, Pham Hong Son, Pham Que Duong, Tran Khue, Nguyen Vu Binh et Nguyen Khac Toan. Ils avaient été condamnés à des peines allant jusqu'à douze ans de prison. De ce groupe, seul Nguyen Vu Binh est toujours détenu. Les autres avaient été libérées dans le mois ayant précédé l'adhésion du Viêt-nam à l'OMC, en novembre 2006.

Dernier Tweet :

This Pakistani newspaper reporter dared to violate the code of silence surrounding drug trafficking and he was kill… https://t.co/MusMF9XwLq