RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Le gouvernement arrête les militants un à un

Un jeune blogueur et un militant chevronné de la lutte en faveur de la démocratie sont les plus récentes victimes de la répression que mène le Viêt-nam contre les journalistes et les dissidents, rapporte Reporters sans frontières (RSF).

Nguyen Tien Trung, un jeune diplômé, a été cueilli par la police le 7 juin à Ho Chi Minh Ville, le lendemain de l'arrestation de Tran Anh Kim, 60 ans, pour activités présumées hostiles au gouvernement. Tous deux sont membres du Parti Démocratique du Viêt-nam.

« Pendant que les yeux du monde entier sont tournés vers l'Iran et le Xinjiang, les Vietnamiens arrêtent un à un ceux qui militent en faveur de la démocratie », rapporte Reporters sans frontières.

Selon RSF, on croit que l'arrestation de Nguyen serait reliée à celle, en juin, de Le Cong Dinh, avocat spécialiste des droits de la personne et écrivain engagé en faveur de la démocratie, détenu depuis sans procès. Dinh a été accusé d'avoir diffusé de la propagande hostile au gouvernement, contrevenant ainsi à l'article 88 du Code criminel du Viêt-nam.

La famille de Nguyen et ses amis craignent que le jeune militant ne soit lui aussi inculpé aux termes de l'article 88, qui prévoit jusqu'à 20 ans de prison.

Après avoir obtenu son diplôme de l'école de génie INSA de Rennes, en France, en 2007, Nguyen est rentré au Viêt-nam, où il a contribué à créer l'Association des jeunes Vietnamiens pour la démocratie, et s'est joint au Parti Démocratique du Viêt-nam. Jusqu'à ce que commence son service militaire en mars 2008, il mettait fréquemment à jour son blogue (http://tinyurl.com/mhkszo). Quelques heures avant son arrestation, Trung a été expulsé de l'armée pour avoir refusé de prêter serment durant le cours de son service militaire obligatoire.

L'arrestation de Nguyen porte le nombre des journalistes et des blogueurs détenus au Viêt-nam à onze au moins, dit RSF.

D'après le Réseau libre des journalistes au Viêt-nam, les conditions se sont dégradées pour un autre écrivain qui languit en prison, Nguyen Hoang Hai (nom de plume : Dieu Cay.) Le journaliste indépendant a été condamné en septembre 2008 à deux ans et demi de prison sur la foi d'accusations bidon de fraude fiscale. Le Réseau craint pour le bien-être de Dieu Cay et celui de son procureur, Dinh. Les membres du Réseau au Viêt-sont soumis à des interrogatoires et à la surveillance.

ADDITIONAL INFORMATION


Dernier Tweet :

Media Council of Tanzania (MCT) and Reporters Without Borders (RSF) develop media ownership monitoring map after 3… https://t.co/MSG9FvmZjq