RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Si Le Nguyen Huong Tra était reconnue coupable, elle encourrait jusqu'à sept ans de prison.

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières dénonce l'arrestation de la blogueuse Le Nguyen Huong Tra, plus connue sous le pseudo "Co Gai Do Long", le 23 octobre 2010, à Ho Chi Minh ville, dans le quartier de Tan Binh. L'organisation demande sa libération dans les meilleurs délais et s'inquiète vivement des multiples arrestations de blogueurs ces dernières semaines. Les autorités vietnamiennes se livrent à une véritable chasse aux sorcières. Selon Reporters sans frontières, "le gouvernement devrait pourtant comprendre que les critiques du pouvoir continueront malgré tout sur la Toile. Il s'agit d'un combat perdu d'avance."

Le Nguyen Huong Tra est accusée de "diffamation envers un haut cadre du Parti" et d'avoir portée atteinte à la réputation de sa famille, pour avoir publié sur son site le 14 octobre 2010, un article accusant le ministre adjoint de la Sécurité publique Nguyen Khanh Toan d'avoir "accordé des privilèges" à une reine de beauté vietnamienne et diverses artistes. Selon la blogueuse, elles étaient en réalité les maitresses de son fils, Nguyen Trong Khanh, qualifié "d'homme à femmes" et consommateur de drogue. Le Nguyen Huong Tra avait précédemment publié sur son blog une lettre d'un homme politique accusant Nguyen Khanh Toan d'avoir donné un emploi à son fils dans la politique, et réitérant les accusations d'usage de stupéfiants. Cet article aurait été effacé du blog, mais il avait déjà été repris par d'autres sites.

Si Le Nguyen Huong Tra était reconnue coupable, elle encourrait jusqu'à sept ans de prison.

Son blog, traitant de sujets politiques sensibles avec humour, est l'un des plus visités de la blogosphère vietnamienne.

Le Viêt-nam est aujourd'hui la deuxième plus grande prison du monde pour les net-citoyens après la Chine, avec 17 cyberdissidents emprisonnés. Le pays se classe 165e sur 178 dans le classement mondial sur la liberté de la presse publié en octobre 2010 par Reporters sans frontières.

Dernier Tweet :

Members of the press experienced surveillance as a part of a Philippine National Police policy for media accreditat… https://t.co/F7xMTOj3qB