RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RSF appelle au soutien du blogueur Nguyen Tien Trung, emprisonné depuis plus de deux ans

MISE A JOUR: Deux net-citoyens vietnamiens sortent de prison, 31 restent en détention (RSF, 15 avril 2014)

(RSF/IFEX) - Le 18 novembre 2011 - Reporters sans frontières exprime sa vive inquiétude sur le sort du blogueur et militant démocrate Nguyen Tien Trung, détenu depuis plus de deux ans au Vietnam et condamné, en janvier 2010, à sept ans de prison et trois ans d'assignation à résidence pour "subversion".

"Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Nguyen Tien Trung. Les accusations proférées à son encontre sont fabriquées de toutes pièces. Nguyen Tien Trung n'a jamais mis en danger l'Etat vietnamien. Il n'a fait que s'exprimer librement, un droit garanti par la Constitution de son pays, a déclaré l'organisation. Les autorités souhaitent faire de lui un exemple et intimider les étudiants vietnamiens qui, après avoir étudié à l'étranger, rentrent chez eux et revendiquent plus de liberté."

Diplômé de l'école d'ingénieurs INSA de Rennes (France), Nguyen Tien Trung avait été arrêté au domicile de ses parents à Ho Chi Minh-Ville, le 7 juillet 2009, pour "propagande contre l'Etat", en vertu de l'article 88 du Code pénal. Une télévision gouvernementale a diffusé des aveux enregistrés du jeune homme. Sous la contrainte, Nguyen Tien Trung a reconnu, devant la justice, avoir violé la loi et avoir été influencé par les valeurs occidentales, mais sans avoir l'intention de renverser le pouvoir, ce qui aurait été pris en compte par le juge. Le 20 janvier 2010, il a été reconnu coupable d'avoir "mis en danger la sécurité nationale", en "organisant des campagnes en collusion avec des organisations réactionnaires basées à l'étranger", destinées à "renverser le régime du peuple" sur Internet.

Sa famille avait alors fait part de sa volonté de poursuivre la mobilisation pour obtenir sa libération. Elle avait souligné que Nguyen Tien Trung n'avait jamais eu pour intention de renverser le gouvernement, mais simplement exercé ses droits de citoyen.

Son comité de soutien a publié sur son site une tribune de Philippe Echard, son ancien professeur à l'INSA : "Cela fait tout drôle quand on est enseignant d'imaginer que l'étudiant que l'on a eu en cours, avec lequel on a eu quelques discussions et sûrement une attention particulière parce qu'il est étranger, est aujourd'hui en prison, à l'autre bout du monde, dans son propre pays, et sous le coup d'accusations graves. (. . .) Et pourquoi est-il en prison ? Pour s'être exprimé librement. Pour avoir critiqué l'enseignement universitaire du Vietnam. Pour avoir appelé, comme de nombreux autres intellectuels de son pays, à plus de libertés, à plus de démocratie."

Le comité appelle à la mobilisation : "Le pire qui puisse arriver à Trung, c'est qu'on l'oublie petit à petit". Les amis et les proches de Nguyen Tien Trung ont relancé les actions pour obtenir sa libération. Signez la pétition sur http://freetrung.tk

(. . .)

Cliquer ici pour lire le communiqué intégral

Dernier Tweet :

RT @Pakistan_Press #Pakistan: #Sindh appoints focal person on Safety issues of Journalists https://t.co/CaQUhG8z9T