RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Trois blogueurs sont passibles de 20 ans de prison pour avoir diffusé de la propagande hostile à l'État

Les blogueurs vietnamiens Nguyen Van Hai, Phan Thanh Hai et Ta Phong Tan risquent 20 ans de prison pour des délits d'hostilité à l'État
Les blogueurs vietnamiens Nguyen Van Hai, Phan Thanh Hai et Ta Phong Tan risquent 20 ans de prison pour des délits d'hostilité à l'État

Trois blogueurs vietnamiens bien connus, qui sont déjà retenus en détention illimitée, sont accusés d'avoir diffusé de la propagande hostile au gouvernement et sont passibles de 20 années de prison supplémentaires, selon ce que rapportent le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Human Rights Watch.

Les journalistes Nguyen Van Hai, Phan Thanh Hai et Ta Phong Tan sont accusés d'avoir affiché sur leurs blogues 421 articles qui « dénigraient l'État », infraction passible de 20 ans de prison, rapporte le CPJ. Tous trois appartiennent au Réseau libre des journalistes du Viêt-nam illégal (FJNV).

Selon le FJNV, « [Les blogueurs] comptent parmi les gens les plus dévoués qui contribuent grandement au mouvement du journalisme libre au Viêt-nam. Les autorités peuvent les mettre derrière les barreaux, mais leurs convictions ne seront pas emprisonnées et seront reprises par nos membres. »

Nguyen Van Hai, mieux connu sous le nom de plume Dieu Cay, est bien connu pour ses critiques de la Chine, comme sa couverture des manifestations contre le passage en 2008 de la flamme olympique en transit vers Beijing. D'après le FJNV, Dieu Cay est derrière les barreaux même après avoir purgé sa peine pour des chefs d'accusation bidon d'évasion fiscale; on lui refuse depuis dix-huit mois tout accès à sa famille et à des avocats.

Phan Thanh Hai (qui tient un blogue sous le nom de plume Anhbasg ou Anh Ba Sai Gon) a été arrêté en octobre 2010 en vertu d'un ordre provisoire, et détenu depuis sans procès, dit le CPJ. Bien qu'il ait terminé ses études de droit en 2008 et ait rempli toutes les exigences requises pour devenir avocat, sa demande a été rejetée par le ministère de la Justice en raison de sa participation à des manifestations de protestation et de ses activités sur son blogue. Il a également écrit des articles sur les relations du Viêt-nam avec la Chine.

Ancienne agente de police qui a documenté l'injustice sociale sur son blogue http://conglysuthat.blogspot.ca/ (Justice et Vérité), Ta Phong Tan a été arrêtée en septembre 2011, rapporte le CPJ. On ne sait pas exactement si des accusations formelles ont été portées contre elle.

Nguyen Van Hai et Phan Thanh Hai sont aussi accusés d'avoir assité à un cours de formation sur la non-violence visant à renverser le gouvernement, dit le CPJ.

Pratiquement tous les médias vietnamiens sont contrôlés par l'État, de sorte qu'il y a des gens qui se tournent vers l'Internet pour parler de questions délicates, disent les membres de l'IFEX.

« Avec plus de sept cents médias contrôlés par l'État et des milliers de portails du web qui lui sont favorables, le gouvernement du Viêt-nam dispose d'une gigantesque machine de propagande qui travaille à embellir l'image de l'État », dit Human Rights Watch. « Qu'est-ce que les autorités ont donc tant à craindre d'une poignée de blogueurs, équipée uniquement d'appareils-photo personnels et d'ordinateurs, et pourquoi sont-elles aussi déterminées à les persécuter ? »

Human Rights Watch a traduit des extraits de leurs blogues. Lisez-les ici.

Dernier Tweet :

Con la ley también se puede cercenar la libertad. En #México presentaron en el Senado iniciativa que criminaliza la… https://t.co/jZOXCb4Mvj