RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

15 mois de prison pour Pham Viet Dao, le Vietnam s'enforce dans la dictature

Reporters sans frontières dénonce la condamnation à 15 mois de prison, le 19 mars 2014 du blogueur Pham Viet Dao, pour avoir "créé une mauvaise image du parti communiste et du gouvernement" à travers la rédaction et la mise en ligne de 91 articles.

"Cette nouvelle condamnation démontre un véritable acharnement des autorités vietnamiennes à l'encontre des acteurs de l'information. Nous exigeons la libération immédiate de Pham Viet Dao, condamné uniquement pour avoir voulu informer ses compatriotes et partager ses opinions politiques en ligne," déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières.

Pham Viet Dao a été arrêté le 13 juin 2013 par la police de Hanoi. Il a été reconnu coupable, selon l'article 258, d'"abus des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l'Etat, aux droits et intérêts légitimes des organisations et des citoyens". Il était déjà persécuté depuis plusieurs mois. En décembre 2012, il avait déclaré ne "pas avoir violé la loi sur l'information", étant "membre de l'Association des Ecrivains du Vietnam et de l'Association des Journalistes du Vietnam". "Si l'Etat autorise l'établissement de cette association, il doit être responsable de la protection de notre travail", avait-il ajouté.

Agé de 62 ans, Pham Viet Dao écrivait de plus en plus d'articles critiquant le gouvernement. Diplômé de littérature en Roumanie, il avait été recruté au département cinématographique du ministère de la culture vietnamien. Il avait ensuite travaillé à la tête du Bureau de Contrôle de la presse et de la publication avant de prendre sa retraite en juin 2012.

Son blog phamvietdao3.blogspot.com a été plusieurs fois victime d'attaques et a notamment été piraté en mars 2013 avant d'être réouvert puis à nouveau bloqué après son arrestation en juin 2013.

Le Vietnam se situé à la 174ème posiiton sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. Il a également été épinglé comme un Ennemi d'Internet en raison de sa politique sans pitié envers les blogueurs et cyberdissidents.

Signez la pétition de Reporters sans frontières appelant à la libération des 35 blogueurs actuellement emprisonnés au Vietnam.

Dernier Tweet :

"Tenemos que enfrentar esta vida; no hay alternativa: tenemos que luchar por lo que es nuestro," Eliseu Lopes https://t.co/uuDBP8hrYm