RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Deux net-citoyens vietnamiens sortent de prison, 31 restent en détention

Reporters sans frontières est soulagée d'apprendre la sortie de prison de Nguyen Tien Trung et Vi Duc Hoi intervenue respectivement le 11 et le 12 avril 2014. Les deux hommes restent cependant assignés à résidence.

Vi Duc Hoi, en prison depuis octobre 2010, avait été condamné en 2011 à cinq ans de prison pour "propagande contre l'État", sur la base de l'article 88 du code pénal de 1999, alors qu'il écrivait des articles critiquant l'État. Ancien membre du parti communiste à la tête d'un centre de formation de la province de Lang Son (Nord), il est maintenant assigné à résidence pendant trois ans. Vi Duc Hoi avait pourtant rejeté les conditions initialement posées à sa sortie de prison, à savoir l'abandon de toute activité politique visant à promouvoir la démocratie ainsi que l'écriture d'articles reflétant son point de vue. Les raisons de l'assouplissement de son régime de liberté n'ont pas été officiellement expliquées.

Nguyen Tien Trung avait été arrêté en juillet 2009 pour "propagande contre l'État" et "subversion de l'administration populaire", et condamné à sept ans de prison sur la base de l'article 79 du code pénal. Il aurait dû sortir de prison en janvier 2015 et terminer sa peine en assignation à résidence.

"Si la sortie de prison de ces deux net-citoyens est une bonne nouvelle, seule une remise en liberté pleine et entière serait satisfaisante. Surtout, nous appelons les autorités à relâcher les 31 net-citoyens qui demeurent incarcérés en violations de leurs droits fondamentaux. Alors que la situation des droits de l'homme au Vietnam a été examinée par le Conseil des droits de l'homme des nations unies en février, le gouvernement doit prendre en compte toutes les recommandations qui lui ont été faites, et abroger tous les articles de loi systématiquement utilisés pour emprisonner les acteurs de l'information indépendants", déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie Pacifique de l'organisation.

Ces dernières semaines, deux autres blogueurs ont été libérés. Dinh Dang Dinh, emprisonné en 2011 pour avoir lancé une pétition contre un projet de mine de bauxite, a été relâché le 21 mars, mais il est décédé le 3 avril d'un cancer de l'estomac qui n'avait pas pu être traité en détention.

Cu Huy Ha Vu avait été emprisonné en 2011 et condamné à sept ans de prison pour "propagande contre l'État" alors qu'il avait essayé de poursuivre en justice le premier ministre, Nguyen Tan Dung à propos d'un projet de mines de bauxite. Une des conditions de sa libération étant son exil, il a directement dû quitter le pays pour se réfugier aux Etats-Unis.

Le Vietnam se situe à la 174e place sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2014 établi par Reporters sans frontières. Sa politique de répression envers les blogueurs et cyberdissidents le classe également parmi les ennemis d'Internet.

Dernier Tweet :

Director of #Pakistan's largest media group kidnapped @Pakistan_Press : https://t.co/QmIOmEo2KB @pressfreedom : https://t.co/c0iaJ3Fvhv