RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

RSF demande la libération immédiate du blogueur vietnamien Nguyen Dinh Ngoc

Cet article a été initialement publié sur rsf.org le 31 décembre 2014.

Une nouvelle arrestation vient frapper les rangs des blogueurs vietnamiens. Nguyen Dinh Ngoc est détenu depuis le 27 décembre dernier, interpellé à Ho Chi Minh par les forces de police. Le Vietnam conforte ainsi sa position de deuxième plus grande prison du monde pour les net-citoyens, après la Chine.

Le 27 décembre, le ministère de la sécurité publique a annoncé l'arrestation de Nguyen Dinh Ngocpour "activités illégales". Le domicile du blogueur de 48 ans a également été fouillé. A ce stade, il n'y a aucune précision concernant les charges retenues contre lui.

Plus connu sous le pseudonyme de Nguyen Ngoc Gia, le blogueur contribue régulièrement à des blogs et sites d'information indépendants comme Dan Lam Bao (Le journal du peuple) et Dan Luan(L'opinion du peuple), ainsi qu'au service vietnamien de Radio Free Asia. Ses articles critiquent les autorités et leur politique répressive envers les dissidents. Dans une publication du 10 décembre dernier sur le blog Dan Lam Bao, Nguyen Dinh Ngoc a déclaré s'être fait pirater sa boîte email et son compte Facebook.

"Cette nouvelle arrestation s'inscrit dans le cadre de la politique répressive du parti unique vietnamien, destinée à faire taire toute voix critique, déclare Lucie Morillon, directrice des programmes à Reporters sans frontières. Nous exhortons les autorités à relâcher immédiatement le blogueur Nguyen Dinh Ngoc ainsi que tous les blogueurs détenus à ce jour et dont le seul crime est d'avoir voulu informer librement leurs concitoyens."

Nguyen Dinh Ngoc est le troisième blogueur arrêté ces dernières semaines, après Hong Le Tho le 29 novembre dernier et Nguyen Quang Lap le 6 décembre. Parallèlement, la police vietnamienne n'hésite pas à s'en prendre physiquement aux dissidents et à leurs proches. En témoigne la violente agression du journaliste indépendant Truong Minh Duc, début novembre, par des policiers. La fin du mois de décembre s'est accompagnée d'une surveillance accrue de certains d'entre eux, tels quele héros de l'information Pham Chi Dung, ou encore les blogueurs Hoang Van Dung et Nguyen Hoang Vi, probablement liée à la visite du 25 au 27 décembre à Saïgon de Yu Zhengsheng, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois.

Les motifs les plus fallacieux sont utilisés par Hanoï afin d'arrêter les blogueurs critiques engagés dans un travail d'information. Vingt-neuf d'entre eux sont à ce jour emprisonnés pour "abus de libertés démocratiques", "subversion", "propagande contre l'état", ou encore "tentative de renversement du gouvernement".

Signez la pétition de Reporters sans frontières appelant à leur libération.

Le Vietnam occupe le le 174e rang sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2014 établi par Reporters sans frontières.

Dernier Tweet :

Local civil society groups condemn #Egypt's brutal crackdown on the #LGBTQ community https://t.co/aRfJTuTLnZ https://t.co/HosHO4JPdj