RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

Deux journaux censurés et un site Internet bloqué

(RSF/IFEX) - Reporters sans frontières s'inquiète d'une détérioration de la situation de la liberté de la presse au Yémen. Le 14 mars 2008, le mensuel "Abwab" et l'hebdomadaire "Al-Sabbah" ont été interdits de distribution par les autorités. Et le site Internet http://www.aleshteraki.net/ , organe de presse du principal parti d'opposition, est inaccessible depuis le 12 mars. Par ailleurs, le quotidien "Al-Sharea", son rédacteur en chef, Nayef Hassan, ainsi que le journaliste indépendant Abdulkarim Al-Khaiwani sont poursuivis par les autorités qui les accusent de "diffusion et publication d'informations susceptibles d'affaiblir le moral de l'armée".

"La situation politique tendue ne doit pas servir de prétexte pour limiter la liberté de la presse. Le pouvoir devrait accepter d'entendre les voix dissidentes et veiller au respect de la diversité des opinions. Il est impératif que les autorités annulent immédiatement ces décisions et garantissent un procès juste et équitable aux journalistes d''Al-Sharea'", a déclaré Reporters sans frontières.

Le 14 mars, l'hebdomadaire "Al-Sabbah" a été interdit de distribution par une décision du ministère de l'Information qui lui reproche de n'avoir pas respecté la procédure légale lors de sa création. "Al-Sabbah" est très critique à l'égard du gouvernement. Dans une affaire similaire, le premier numéro du mensuel "Abwab", imprimé à Dubaï (Emirats arabes unis), a été saisi à l'aéroport de Sanaa. Selon son rédacteur en chef, la couverture du magazine montrant le président Ali Abdallah Saleh a été jugée irrespectueuse de la fonction présidentielle. Par ailleurs, le site Internet www.aleshteraki.net, propriété du Parti socialiste yéménite (opposition) est bloqué depuis le 12 mars. Aucune explication n'a été fournie par les autorités.

Depuis juillet 2007, les correspondants d'Al-Jazira et d'Al-Arabiya sont victimes de pressions et d'intimidations de la part de la police. Et plusieurs journalistes sont poursuivis devant des tribunaux militaires. C'est le cas du journaliste indépendant Abdulkarim Al-Khaiwani, et de Nayef Hassan, rédacteur en chef du quotidien "Al Sharea", accusés de "diffusion et publication d'informations susceptibles d'affaiblir le moral de l'armée". Ils risquent la peine capitale

Reporters sans frontières a publié, le 13 février, le rapport annuel 2008 de la liberté de la presse dans le monde. Consulter le chapitre Yémen: http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25311

Dernier Tweet :

Hong Kong: Speech of the chairperson of the Hong Kong Journalists Association during its 50th anniversary… https://t.co/2gJoquKSGj