RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

LE PRÉSIDENT ACCORDE SON PARDON À UN CRITIQUE ACERBE DU GOUVERNEMENT

Des groupes membres de l'IFEX et des militants locaux ont accueilli avec satisfaction la libération d'Abdul Karim al-Khaiwani, un rédacteur yéménite au franc parlé, emprisonné depuis juin sur la foi d'accusations de terrorisme.

Al-Khaiwani a quitté sa cellule le 25 septembre, après avoir reçu un pardon présidentiel. En dépit de rumeurs contraires, al-Khaiwani a déclaré au site web de nouvelles Menassat.com qu'il n'avait rien promis en échange de sa libération.

Dans une entrevue accordée au Comité pour la protection des journalistes (CPJ), al-Khaiwani a remercié les organisations de défense de la liberté de la presse qui l'ont soutenu. « Je n'étais pas seul à faire face au supplice parce que je sentais que toutes les organisations étaient avec moi », a-t-il dit. Le lobbying du CPJ a contribué à obtenir l'appui des États-Unis pour faire libérer al-Khaiwani.

En juin 2008, al-Khaiwani et plus d'une dizaine d'autres personnes ont été trouvés coupables d'avoir appuyé un groupe soi-disant terroriste dans la province septentrionale de Sa'ada. Al-Khaiwani a été condamné à six ans de prison aux travaux forcés.

Selon le CPJ et la Fédération internationale des journalistes (FIJ), la poursuite n'a pu établir de lien direct entre al-Khaiwani et des groupes armés au Yémen. La preuve contre lui ne comprenait que du matériel journalistique, comme des photographies des forces rebelles et des notes concernant une interview avec un dirigeant rebelle.

Al-Khaiwani, rédacteur en chef du site web d'opposition al-Shura.net, a été visé à de nombreuses reprises à cause de son travail. Dans les quinze années pendant lesquelles il a travaillé comme journaliste, il a été enlevé et emprisonné, son site web a été bloqué et sa famille menacée.

En juin 2007, il a été passé à tabac et arrêté par une équipe d'agents de sécurité lors d'une descente matinale de la police à son domicile de Sana'a, la capitale du Yémen. Pendant qu'il était en liberté sous caution, en août 2007, il a été enlevé et torturé par des fiers-à-bras, à cause semble-t-il d'un article qu'il avait écrit sur les violations des droits de la personne dans les prisons du pays. Ses ravisseurs l'ont menacé de mort s'il continuait à écrire des propos cinglants sur le gouvernement yéménite.

Les membres de l'IFEX et les officiels des droits de la personne ont déclaré à plusieurs reprises que les poursuites contre al-Khaiwani étaient des représailles à ses critiques à l'égard du gouvernement et du président. Son cas a attiré une grande attention internationale, avec une couverture médiatique mondiale et plus de 1 400 personnes (dont des dirigeants au Congrès des États-Unis) qui ont fait parvenir des lettres aux autorités yéménites dans le mois qui a suivi sa dernière condamnation. Vingt-sept membres de l'IFEX ont signé en août une action conjointe dénonçant la peine de prison imposée à al-Khaiwani, ainsi que la détérioration de la situation de la libre expression dans son pays.

Lors de son dernier séjour en prison, al-Khaiwani a été désigné lauréat 2008 du « Prix du Journalisme des droits de la personne pratiqué sous les menaces », décerné par Amnistie Internationale.

Les membres de l'IFEX continuent de demander une réforme systématique pour que les journalistes yéménites puissent travailler librement. Le Yémen a un passé de répression de la libre expression, souvent au nom de l'appui à la guerre des États-Unis contre la terreur. Au cours de la dernière année, les forces de sécurité ont arrêté des centaines d'individus soupçonnés d'appartenir à al-Qaïda, et ont harcelé, interrogé et, à l'occasion, détenu des journalistes qui ont couvert ces arrestations.

Consulter les sites suivants :
- CPJ : http://tinyurl.com/3lqy42
- FIJ : http://tinyurl.com/44c9sw
- Menassat.com : http://tinyurl.com/42r7rm
- Action conjointe : http://www.ifex.org/fr/content/view/full/96161/
- Page de l'IFEX sur le Yémen : http://www.ifex.org/fr/content/view/full/654/
(Photo d'Abdul Karim al-Khaiwani courtoisie de NewsYemen.net)

(30 septembre 2008)

Dernier Tweet :

En #Nicaragua, el control que Ortega ejerce sobre los medios se reduce a pesar de que recrudece la represión… https://t.co/sepcWMKhlZ