RÉGIONS:

SUBSCRIBE:

Sign up for weekly updates

La FIJ craint un raid imminent sur le bureau du syndicat des journalistes alors que le compte à rebours de l'élection présidentielle commence

(FIJ/IFEX) - Ci-dessous, un communiqué de presse de la FIJ daté du 16 juin 2008:

Les journalistes sous pression alors que la tension de l'élection augmente au Zimbabwe

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) dit que les médias locaux et des journalistes au Zimbabwe font face à une intimidation officielle alors qu'est enclenché le compte à rebours de l'élection présidentielle dans le pays la semaine prochaine et elle craint un raid imminent sur le bureau du Syndicat des Journalistes du Zimbabwe (ZUJ).

Les menaces qui pèsent sur le Syndicat des Journalistes du Zimbabwe (ZUJ) - la seule organisation nationale indépendante représentant les journalistes dans tous les secteurs des médias et un affilié de la FIJ - sont apparues aujourd'hui, peu de temps après qu'un rapport d'une mission de médias internationaux dans le pays la semaine dernière a confirmé que la violence politique dans le pays et l'intimidation des journalistes et professionnels des médias ont jeté de l'ombre sur la couverture des événements à l'approche de l'élection.

"Nous sommes profondément préoccupés par le fait que trois travailleurs de médias étrangers sont en détention et que des organisations de soutien aux médias font l'objet de pression officielle", a déclaré Aidan White, Secrétaire Général de la FIJ. "Maintenant, nous craignons que le ZUJ est dans la ligne de mir. Il est important que la communauté internationale mette en garde le gouvernement de Robert Mugabe de garder ses mains loin des médias et de permettre aux journalistes de rendre compte librement."

Les détails de la mission du 8 au 13 Juin composée de la FIJ, du Forum des Editeurs d'Afrique Australe, de l'Association des Journalistes d'Afrique Australe, l'Institut des Médias d'Afrique Australe et le Réseau Africain des Organisations de la Liberté d'Expression Organisations (NAFEO) est disponible ici en anglais: http://africa.ifj.org/en/articles/statement-of-the-zimbabwe-fact-finding-mission-of-african-media-organisations-13-june-2008-harare-zimbabwe.

Les membres de la mission ont dit que le harcèlement, les arrestations et les menaces contre les défenseurs des droits de l'homme, dont les médias et les avocats des droits de l'homme, s'intensifient. Les défis économiques combinés aux arrestations, menaces et harcèlement signifient que les publications imprimées survivent à peine, tandis que les médias d'Etat sont placés sous le sévère contrôle du parti au pouvoir et sont utilisés comme outil exclusif de campagne.

Un simple monitoring du contenu des journaux appartenant à l'État et des bulletins d'information sur la durée de la mission a fait paraître une couverture biaisée marquée par un discours de haine par les médias d'État contribuant à l'exacerbation des tensions politiques.

"La situation des médias ne pouvait être plus dangereuse," a dit White. "Il est important de concentrer tous nos efforts pour faire en sorte que les journalistes sont autorisés à travailler sans intimidation."

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 122 pays dans le monde.

Dernier Tweet :

Tunisian journalists say police union attacks are having chilling effect on press freedom https://t.co/ideqaEJjDs b… https://t.co/uZVTN6a36A